Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse a clôturé dans le rouge mardi et enregistré l'un des plus gros reculs de l'année. L'indice des valeurs vedettes SMI a nettement reculé de 3,49% à 8475,47 points.

Le SMI a même essuyé une de ses plus grosses pertes journalières de l'année. Alors qu'il avait réussi à se maintenir partiellement en dessus des 8700 points en phase d'ouverture, l'indice vedette de SIX a plongé par la suite, pour terminer sous les 8500 points.

Les derniers gros replis de l'indice remontent à la crise boursière chinoise de fin août et à l'abandon du cours plancher du franc face à l'euro, à mi-janvier. Les autres places européennes ont chuté de manière similaire.

Les courtiers parlent d'un état proche de la panique en matinée, toujours dans le sillage de la déception suscitée par la Réserve fédérale américaine (Fed) de ne pas augmenter son taux directeur jeudi dernier. On ne peut préparer les marchés à une hausse de taux durant un an pour reculer au dernier moment sous prétexte de craintes à propos de l'économie chinoise, a expliqué un courtier.

La patronne de la Fed, Janet Yellen a perdu un gros capital de confiance sur le marché. La volatilité devrait rester élevée ces prochains jours, selon ce courtier. L'indice VSMI a pour sa part augmenté de plus de 17% ce mardi.

Le SMI a fini en recul de 3,49% à 8475,47 points, presque au plus bas du jour. Le SLI a perdu 3,26% à 1251,31 points et le SPI 3,26% aussi à 8667,22 points. Les trente blue chips ont fini dans le rouge.

Net recul de LafargeHolcim

Le plus gros perdant du jour est LafargeHolcim (-5,2%). Le cimentier est étroitement dépendant de la conjoncture mondiale, en particulier de celle des pays émergents. Or, les déclarations de la Fed à ce propos, la semaine passée, ont soulevé de gros points d'interrogation.

Derrière l'action du géant du ciment, quatre autres titres ont perdu plus de 4%, parmi eux, la pharma Novartis (-4,6%). Roche (-3,6%) et Actelion (-3,1%) n'ont guère fait mieux. Les courtiers ont relevé que la candidate à l'investiture à la présidence des Etats-Unis Hillary Clinton a déclaré la guerre aux tarifs surfaits des médicaments et va présenter à cet effet un plan contre ces "prix exorbitants".

Zurich (-4,6%) a également perdu plus de 4%, après avoir fini lanterne rouge la veille dans le sillage de son avertissement sur bénéfice et de l'abandon du projet d'OPA sur le britannique RSA. Plusieurs analystes ont encore abaissé l'objectif de cours mardi.

Sunrise à contre-courant

Swatch (-4,2%) a aussi nettement reculé. Les chiffres des exportations horlogères en août, à nouveau en recul mais moins que prévu, plaident plutôt pour Richemont (-2,8%) ont commenté les analystes de Kepler Cheuvreux.

Clariant (-4,3%) fait également partie du "club" des titres ayant perdu plus de 4%. La volatile Transocean (-0,1%) a le mieux résisté, mais avait fait partie des gros perdants récemment. Kühne+Nagel (-1,8%) et Galenica (-1,9%) ont également limité la casse.

Sur le marché élargi, Sunrise (+1,1%) est allé à contre-courant après l'annonce de mesures d'économies et de suppression d'emplois.

ATS