Toute l'actu en bref

Le Swiss Market Index (SMI) a fini la journée en baisse de 0,51% à 8525,62 points (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La Bourse suisse a réussi à se raccrocher à la barre des 8500 points vendredi à la clôture, après avoir perdu continuellement du terrain pendant la séance en raison de prises de bénéfice. Les poids lourds ont limité les dégâts en fin de journée.

Sika a été l'une des rares valeurs vedettes à tirer son épingle du jeu, après des résultats 2016 dans le haut des attentes du marché. Le groupe zougois a promis à ses actionnaires une rémunération inespérée.

Les risques politiques en Europe, les tensions autour de la dette grecque, ainsi que les tensions monétaires et autour des réformes fiscales aux Etats-Unis constituent autant d'éléments qui pourraient inverser la tendance positive observée jusqu'ici sur les marchés, ont estimé les analystes de Mirabaud Securities.

Quelques données macro-économiques sont venues alimenter la seconde partie de séance. Les ventes de maisons neuves ont augmenté moins que prévu en janvier aux Etats-Unis, tandis que le moral des ménages américains a reculé moins qu'attendu en février.

Sika en nette hausse

En Suisse, le Swiss Market Index (SMI) a fini la journée en baisse de 0,51% à 8525,62 points, après avoir atteint un plus bas de séance à 8470,17 points. Depuis vendredi dernier, l'indice-vedette a néanmoins pris 0,2%.

Le Swiss Leader Index (SLI) a perdu 0,67% à 1348,49 points et le Swiss Performance Index (SPI) a reculé de 0,53% à 9335,19 points. Sur les 30 valeurs vedettes, seules cinq ont terminé en hausse, une stable et 24 dans le rouge.

Sika (+2,8%) s'est maintenu en tête des "blue chips" quasiment toute la séance. Le sous-traitant du bâtiment et producteur de colles a dévoilé une rentabilité proche du plafond des projections, assorti d'un dividende pour 2016 augmenté de près d'un tiers. La direction a revu à la hausse ses ambitions. Seule ombre au tableau, l'épilogue de la saga Saint-Gobain demeure encore à écrire, relève un analyste.

Banques en recul

Actelion (+0,4%) a fait figure de rescapé, sans indication particulière. Sans oublier Syngenta (+0,2%) et Sonova (+0,2%). Les trois poids lourds, Roche (+0,04%), Novartis (stable) et Nestlé (-0,4%), ont empêché une baisse encore plus marquée du SMI.

A l'inverse, bancaires et valeurs cycliques ont été pénalisées. Credit Suisse (-2,4%), Julius Baer (-1,5%) et UBS (-1,21%) ont ainsi perdu du terrain, tout comme LafargeHolcim (-2,2%), Clariant (-1,5%), ABB (-1,4%) et Aryzta (-1,2%). Le cimentier publiera ses résultats annuels jeudi.

Auprès des assureurs, Jefferies a sanctionné Zurich Insurance (-1,3%) d'une recommandation à "underperform". Au lendemain des résultats annuels, Swiss Re (-0,9%) a pâti d'une réduction de l'objectif de cours par UBS et Deutsche Bank. Visé par une dégradation de recommandation de la part de Berenberg à "sell", Swatch a cédé 0,9% et Richemont 1,1%.

Myriad plonge

Sur le marché élargi, Chemie+Papier Holding a égaré 0,7%, après avoir réduit sa perte l'an dernier. Le laboratoire dermatologique Cassiopea (-6,6%) est resté en mode recherche et développement en 2016, creusant ses pertes à hauteur de ses dépenses. Le biochimiste Bachem (-1,7%) s'est doté d'un nouveau timonier.

Cembra Money Bank (-1,8%) a vu son objectif de cours raboté par Deutsche Bank, en dépit d'une performance annuelle honorable. Myriad (-20%) s'est effondré, après avoir dévoilé la veille des revenus divisés par près de deux en 2016. Le concepteur zurichois de logiciels pour téléphones mobiles et la télévision a néanmoins réduit ses pertes.

ATS

 Toute l'actu en bref