Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse a terminé en légère hausse mardi, après avoir crû de 0,43% la veille. Le Swiss Market Index (SMI), indice des vingt valeurs vedettes, a gagné 0,12%, clôturant à 9480,20 points. Le SLI a gagné 0,14% à 1415,28 points et le SPI 0,15% à 9615,44 points.

Sur les trente blue chips, vingt ont gagné du terrain et dix en ont perdu. Après une ouverture négative, le SMI s'est repris en matinée, se rapprochant à nouveau des 9500 points, avant de reperdre du terrain. Les courtiers n'ont pas été surpris par cette petite tendance à la consolidation, survenue après cinq séances de hausse d'affilée.

Les commandes industrielles aux Etats-Unis ont augmenté en juin sur un mois, mais c'était prévu, car le mois précédent avait marqué un recul et les données n'ont donc pas influencé les marchés. On était déjà dans l'attente des statistiques officielles du chômage de juillet aux Etats-Unis, vendredi.

Ces données pourraient fournir des indications sur la future hausse du taux directeur par la Fed. A part cela, le front des nouvelles d'entreprises a été plutôt peu animé ce mardi.

Transocean lanterne rouge

Une fois encore, c'est la volatile Transocean (-4,5%) qui a pris la lanterne rouge. Le titre a encore souffert de la faiblesse des prix du pétrole, ont commenté des courtiers.

Actelion a abandonné 2,9%. Selon les courtiers, les spéculations de rachat de l'entreprise d'Allschwil se sont évanouies après que l'on a appris que le britannique Shire lançait une offre de rachat de son concurrent américain Baxalta à 30 milliards de dollars. On avait prêté à Shire des vues sur Actelion ces dernières semaines.

Aux bancaires, UBS a reculé de 0,8%, Credit Suisse et Julius Baer de 0,4% chacune. Les valeurs bancaires européennes ont été sous pression après que S&P a menacé de réduire la note de la branche bancaire européenne lundi soir, abaissant la perspective à "négative" de "stable". En Allemagne, Deutsche Bank a perdu 2% et Commerzbank 1%.

Novartis a pesé sur l'indice

Novartis (-0,1%) a pesé sur l'indice, alors que Roche (+0,1%) et Nestlé (+0,3%) l'ont soutenu. Pour ce qui est de Nestlé, on spécule sur des résultats semestriels meilleurs que prévu (publication la semaine prochaine). Après des données décevantes des concurrents du géant de Vevey, les attentes sont relativement basses.

Dans le camp des gagnants, Syngenta a pris 0,6%. Lundi, la rumeur a circulé selon laquelle l'allemand BASF a constitué une ligne de crédit pour, le cas échéant, contrer une offre de rachat de l'agrochimiste bâlois par l'américain Monsanto.

Avec un gain de 3,6%, Aryzta a fait la meilleure performance du jour. Le titre s'est repris ces dernières semaines après avoir durant des mois connu une seule direction: à la baisse. Depuis le début de l'année, l'action du boulanger industriel affiche un recul de 32%, pire performance des blue chips.

Le luxe en verve

Les valeurs du luxe Swatch (+2,1%) et Richemont (+1,3%) ont bien progressé, après avoir été sous pression la veille. Adecco (+2%) a aussi été recherchée.

Sur le marché élargi, OC Oerlikon a fini en recul de 0,4% après ses chiffres intermédiaires. Ceux-ci ont suscité des commentaires majoritairement positifs, à part la mauvaise surprise de la division Drive Systems. Après ses chiffres, Belimo a perdu 1,0%.

Sulzer a terminé en hausse de 1,7%. Après le lancement la veille d'une offre publique d'achat par Viktor Vekselberg, les banques HSBC et Kepler Cheuvreux ont relevé leurs recommandations, ne conseillant plus de vendre. Après l'annonce du rachat d'une entreprise néerlandaise, Phoenix Mecano a gagné 2,3%.

ATS