Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'action Credit Suisse a été particulièrement malmenée mardi à la Bourse suisse (archives).

KEYSTONE/MELANIE DUCHENE

(sda-ats)

La Bourse suisse a nettement reculé mardi, minée comme les autres marchés par la crise politique en Italie. L'indice vedette SMI a terminé en baisse de 1,58% à 8637,20 points, avec un plus bas à 8613,24 et un plus haut à 8735,41.

Les turbulences politiques en Italie, mais aussi en Espagne, "ont alimenté un mouvement d'aversion au risque en Europe qui s'est transmis à l'ensemble des marchés mondiaux, qui doivent déjà gérer toutes les hésitations liées aux échanges commerciaux, aux tribulations diplomatiques avec la Corée du Nord et aux problèmes croissants créés par la montée du dollar dans les pays émergents", a souligné Patrick O'Hare de Briefing.

Sur les trente valeurs vedettes de la Bourse suisse, seul Sonova (+0,1%) a fini en vert. Les trois plus gros perdants sont les financières Credit Suisse (-3,7%), Swiss Re (-2,5%) et Bâloise (3,4%). Swiss Life et UBS ont perdu plus de 3%, Zurich, Julius Bär et Dufry plus de 2%.

Dans le camp des poids lourds, Roche (-0,6%) a revendiqué un succès en phase III avec une combinaison Tecentriq/chimiothérapie, dans le cadre d'une volée de recherches destinées à asseoir l'avantage de cet anticancéreux sur la concurrence.

Son concurrent Novartis (-1,6%) a souffert d'une dégradation de l'appréciation de HSBC sur son action. L'établissement britannique dénonce notamment la pression tarifaire exercée aux Etats-Unis sur les médicaments génériques, spécialité de la filiale Sandoz. Le mastodonte rhénan souffre par également d'un déficit d'image.

Nestlé perd aussi

Nestlé (-0,9%) n'a pas soutenu non plus l'indice phare de la place zurichoise. Le géant alimentaire vaudois a annoncé vouloir réorganiser ses activités dans l'informatique, une mesure qui pourrait coûter jusqu'à 500 emplois en Suisse ces 18 prochains mois. En outre, Nespresso va aussi délocaliser 80 postes.

Les valeurs du luxe Swatch et Richemont ont abandonné respectivement 0,5% et 1,7%. La Fédération de l'industrie horlogère suisse (FH) a pourtant recensé des exportations en hausse de 13,8% sur un mois en avril, pour un total de 1,76 milliard de francs.

Sur le marché élargi, le fabricant de compresseurs à piston Burckhardt Compression est allé à contre-courant et a gagné 2,2%, dans la foulée des résultats sur son exercice décalé 2017/18. Le groupe zurichois a plus que comblé les attentes des analystes à tous les niveaux.

Zehnder (+0,6%) prévoit de délocaliser une partie de sa production de radiateurs de l'Argovie vers le nord de la France.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS