Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse a clôturé à nouveau clairement dans le vert mercredi, après la reprise entamée mardi. Le Swiss Market Index (SMI), l'indice des vingt valeurs vedettes, a gagné 1,21% à 9387,97 points.

L'ambiance a été soutenue par la reprise de la Bourse de Shanghai, qui a terminé sur une nette progression. Certains courtiers se sont cependant demandés si cela ne serait pas dû uniquement aux interventions des autorités de régulation. Après les chiffres semestriels, LafargeHolcim a perdu du terrain.

Les investisseurs sont restés dans l'attente de l'issue de la réunion de deux jours du Comité monétaire FOMC de la Réserve fédérale américaine (Fed). Les experts ne s'attendaient pas à un relèvement immédiat, mais espéraient des indications sur le moment où celui-ci aura lieu.

Il devrait y avoir une hausse d'ici la fin de l'année, qui pourrait intervenir soit en septembre, soit en décembre. La situation incertaine de l'économie mondiale, ainsi que le bas niveau d'inflation, incitent à opter pour décembre. Les informations n'étaient attendues qu'après les clôtures en Europe.

Dans le détail, le SMI a terminé en hausse de 1,21% à 9387,97 points. Le SLI a gagné 1,10% à 1399,06 points et le SPI 1,13% à 9513,07 points. Sur les trente blue chips, 26 ont progressé et quatre reculé.

LafargeHolcim en recul

Lanterne rouge du jour et principal point de mire, LafargeHolcim a fini en recul de 2,7%. Le groupe cimentier récemment fusionné a pour la dernière fois présenté séparément les résultats semestriels des deux entités qui le composent.

Alors que Holcim accuse un recul de son chiffre d'affaires, douchant les attentes du marché, Lafarge a vu ses ventes progresser de 5%, mais accuse néanmoins une importante perte nette en raison de dépréciations d'actifs. Les analystes ont été particulièrement déçus par l'abaissement de la prévision de bénéfice d'exploitation. Quant à la perspective d'un dividende d'au moins 1,30 franc, elle n'a pas fait bondir de joie les investisseurs.

Parmi les perdants, on trouve Actelion (-0,6%), Aryzta et Bâloise (chacune -0,1%). A la veille des chiffres intermédiaires, Clariant a gagné un petit 0,2%.

Zurich a fini en hausse de 0,8% au lendemain d'un recul de près de 2% après l'annonce de l'évaluation d'une possible offre de rachat du britannique RSA Insurance. Zurich a indiqué mercredi que, si offre il y a vraiment, elle serait financée en espèces. Les investisseurs craignent cependant que la perspective d'une reprise ne plombe les perspectives de dividendes extraordinaires.

Transocean a bondi de 7,3%, après avoir déjà gagné plus de 7% la veille à Wall Street où le titre est aussi coté. Lonza, Julius Baer (chacun +3,0%) et Adecco (+2,2%) ont aussi nettement progressé.

Richemont en verve

Parmi les valeurs du luxe, Richemont (+1,7%) a bien profité des chiffres encourageants du français LVMH, alors que Swatch (+0,7%) est resté un peu en retrait.

Galenica a gagné 1,6%, après qu'UBS a relevé la recommandation de Galenica à "neutral" de "sell" et nettement augmenté l'objectif de cours. Les trois poids lourds Nestlé et Novartis (chacun +1,4%) et Roche (+1,1%) ont pris plus de 1%.

Sur le marché élargi, EFG International a chuté de plus de 17% après que la très faible évolution des bénéfices a déçu les investisseurs.

Sulzer (+3,9%) a fini en nette progression après avoir dans un premier temps mal réagi aux chiffres semestriels.

ATS