Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse a terminé sur une note nettement négative mardi, rattrapée par les craintes d'une éventuelle sortie de la Grèce de la zone euro. Le Swiss Market Index (SMI) a terminé en baisse de 1,11% à 8764,11 points, au plus bas du jour.

Lundi déjà, le SMI avait perdu 0,5% au lendemain du non grec au référendum sur les mesures d'économies et les réformes demandées par les créanciers du pays. La séance de mardi avait pourtant ouvert en légère hausse.

Mais la pression s'est à nouveau accentuée en fin d'après-midi, lorsque l'on a appris que le nouveau ministre des Finances Euclide Tsakalotos s'était rendu à une réunion des ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles sans nouvelles propositions concrètes.

Selon des informations, Athènes devrait déposer mercredi une demande de nouveau programme d'aide du mécanisme européen de sauvetage MES, en présentant cette fois de nouvelles propositions d'épargne.

Cette attitude du gouvernement grec a fait monter la nervosité sur les marchés financiers, ont expliqué des courtiers. On était désormais dans l'attente de voir ce que la Grèce proposerait mercredi.

Le Premier ministre Alexis Tsipras devait notamment rencontrer la chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande. En marge du sommet extraordinaire de l'Eurogroupe, on se mettait à parler ouvertement de "Grexit" (sortie de la Grèce de la zone euro).

Lonza, seul dans le vert

Le SMI a terminé en baisse de 1,11% à 8764,11 points, au plus bas du jour. Le SLI a cédé 1,29% à 1308,70 points et le SPI 1,11% à 8893,30 points. Sur les trente blue chips, seul Lonza a réussi à finir dans le vert. Sur le front des devises, l'euro est resté sous la barre de 1,04 franc.

Le front des nouvelles d'entreprises est resté calme et ce sont plutôt des commentaires d'analystes qui ont suscité des variations de cours. Aryzta (-4,6%) a ainsi pris la lanterne rouge du jour après que Société Générale a réduit la recommandation à "hold" de "buy" et abaissé l'objectif de cours. Les analystes ont été déçus par les chiffres du 3e trimestre et par la réduction des prévisions de la direction pour 2015.

Après Bernstein, JPMorgan et Merrill Lynch récemment, c'est Citigroup qui a abaissé l'objectif de cours de Swatch (-2,8%) en raison de la faiblesse persistante des marchés à Hongkong et Macao, qui devrait peser sur l'évolution du chiffre d'affaires. JPMorgan a réduit l'objectif de cours d'ABB (-0,9%).

Lonza (+1,5%) a profité d'un relèvement de recommandation à "hold" et d'une forte hausse de l'objectif de cours par Kepler Cheuvreux. Malgré le franc fort, la direction du groupe bâlois est confiante d'atteindre en 2015 une croissance de 5% de l'EBIT et d'augmenter le chiffre d'affaires. Holcim (%) n'a en revanche pas profité d'une relèvement à "buy" par Merrill Lynch.

Les bancaires UBS (-1%) et Credit Suisse (-0,9%) ont aussi été rattrapées par la crainte croissante d'un Grexit, alors qu'elles s'étaient reprises, en cours de journée, des pertes de la veille. Les poids lourds défensifs Novartis (-0,6%) et Nestlé (-0,3%) ont aussi glissé dans le rouge sur la fin. Le BJ Roche a chuté de 2%.

ATS