Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le SMI s'est repris pour terminer tout juste dans le vert jeudi (archives).

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

La Bourse suisse a fini sur une note légèrement positive jeudi. Après des plus hauts du jour juste après que la Banque centrale européenne (BCE) a laissé inchangés ses taux directeurs, la Bourse suisse a reperdu de l'élan durant les explications de Mario Draghi.

Le SMI a terminé sur un gain marginal de 0,03% à 9027,37 points, avec un plus haut à 9077,44 et un plus bas à 8992,12. Il a même brièvement plongé sous les 9000 points avant de se reprendre et de terminer à la raclette dans le vert. Le SLI a cédé 0,05% à 1432,12 points et le SPI a gagné 0,07% à 10'285,42 points. Sur les 30 valeurs vedettes, 19 ont reculé, dix ont avancé et Swiss Re a fini stable.

Comme attendu, la BCE a maintenu à zéro son principal taux directeur, qui fait référence pour le crédit en zone euro. Le taux de prêt marginal a quant à lui été laissé à 0,25% et le taux de dépôt au jour le jour à -0,4%. La BCE n'a pas modifié non plus son vaste programme de rachats de dettes, dont elle se laisse toujours la possibilité d'accroître le montant ou la durée si nécessaire.

L'inflation n'a pas encore atteint le niveau voulu par la BCE, a insisté M. Draghi, ajoutant qu'il fallait se montrer "patient" et "prudent" avant d'envisager tout changement de cap de la politique monétaire. Selon des observateurs, ces déclarations ont fait monter l'euro et ont pesé sur les actions en Europe.

En Suisse, les chiffres du commerce extérieur ont montré une solide dynamique au premier semestre. Tant les importations que les exportations ont fortement progressé, permettant à la balance commerciale de clôturer sur un excédent de 19 milliards de francs de francs.

Lanterne rouge pour Givaudan

Givaudan (-3,0%) a finalement raflé la lanterne rouge à ABB (-2,8%). Le spécialiste des arômes et parfums a enregistré des résultats semestriels en hausse, à l'exception de l'EBITDA, différents coûts exceptionnels ayant pesé sur la marge opérationnelle.

ABB a présenté des résultats semestriels inférieurs aux attentes. Si le bénéfice trimestriel a largement progressé, c'est surtout grâce à la baisse des coûts de restructuration. La direction s'attend à une nouvelle "année de transition". S&P Global a relevé l'objectif de cours et a confirmé "hold".

Dufry (-2,5%) complète le trio des gros perdants. Aryzta a perdu 1,0%, Kühne+Nagel 0,8%. Adecco a abandonné 0,6%, le titre étant négocié sans le versement de 0,90 francs par titre.

Pour Clariant (-0,2%), l'actionnaire White Tale, désapprouvant la fusion envisagée avec Huntsman, a relevé sa participation à 10,06% et encourage le chimiste à étudier une alternative.

Schindler plus grand gagnant

Le plus gros gagnant du jour est le bon Schindler (+1,1%), sans information spécifique. Swatch a gagné 1,0% après les bons chiffres des exportations horlogères. Richemont (+0,3%) est resté en retrait.

Dans le camp des poids lourds, Roche (+0,5%) a précédé Novartis et Nestlé (chacun +0,1%).

LafargeHolcim (+0,3%) a profité d'une confirmation de recommandation "Outperform" et d'un relèvement d'objectif de cours par Bernstein. Le cimentier franco-suisse publiera ses résultats intermédiaires la semaine prochaine.

Contrat profitable à Meyer Burger

Sur le marché élargi, Temenos (+2,2%) a profité de ses résultats semestriels en nette hausse publiés la veille au soir et d'un début de troisième trimestre qualifié de "solide". Différents établissements ont relevé l'objectif de cours.

Leonteq (+7,7%) a retrouvé les chiffres noirs au 1er semestre. Le départ du président du conseil d'administration Pierin Vincenz ainsi que de l'administrateur Patrik Gisel n'a pas troublé l'optimisme des investisseurs.

Basilea (+3,1%) a officiellement conclu l'accord de licence annoncé mi-juin avec le groupe américain Pfizer. L'accord porte sur la fabrication et la commercialisation du fongicide Cresemba (Isavuconazol).

Meyer Burger (+5,6%) a profité de la signature d'un contrat avec l'entreprise chinoise Longi Solar Technology.

Panalpina (-3,2%) a essuyé de lourdes pertes. Le logisticien a certes vu ses ventes progresser au deuxième trimestre, néanmoins, le bénéfice brut est resté en-deçà des attentes. Rieter (-6,0%) a publié des résultats en ligne avec les attentes des analystes, mais en repli par rapport à l'année précédente.

ATS