Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le SMI a fini sous les 8100 points jeudi, les courtiers parlants d'une ambiance tendue (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La Bourse suisse a de nouveau bouclé la séance de jeudi dans le rouge. A la clôture, l'indice vedette SMI reculait de 0,83% à 8076,35 points.

Le SLI a perdu 1,06% à 1220,12 points et le SPI 0,78% à 8745,38 points. Les trente blue chips ont perdu du terrain. Le SMI a poursuivi sur la lancée négative de la veille et celle de la semaine passée, les hausses de lundi et mardi n'ayant constitué finalement qu'un feu de paille.

Les courtiers parlent d'ambiance tendue, notamment parce que le lancement par la Banque centrale européenne (BCE) des rachats d'emprunts d'entreprises n'a pas fourni d'impulsion.

L'approche du référendum britannique sur l'appartenance à l'Union européenne constitue aussi un frein. En s'engageant actuellement sur le marché des actions, on risque d'être pris dans les turbulences en cas de "oui" au Brexit. D'un autre côté, en cas de "non", ne pas s'engager présenterait le risque de rater le rally de soulagement qui suivrait le vote.

Investisseurs prudents

Dans l'ensemble, une très grande prudence est conseillée, d'autant que les récents signes sur l'évolution de l'économie chinoise sont mitigés. Les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis se sont révélées conformes aux attentes.

Aux bancaires, Credit Suisse (-2,7%) figure à nouveau parmi les principaux perdants après un commentaire négatif de Barclays. Dans une étude sectorielle, l'établissement britannique a abaissé la recommandation à "equal weight" contre "overweight" précédemment. UBS (-2,1%) n'a pas échappé à la tendance, après avoir ouvert encore dans le vert. Le numéro un bancaire helvétique a bénéficié d'un relèvement de note de Barclays à "overweight", l'institut jugeant la grande banque plus résiliente face aux litiges juridiques.

Morosité

L'ambiance morose a pesé particulièrement sur les cycliques LafargeHolcim (-2,6%), Lonza (-1,6%), Dufry (-1,6%) et Richemont (-1,5%). Baader Helvea a dégradé Lonza à "sell", après "hold", jugeant nécessaire une pause après une période "fantastique". Lonza a par ailleurs conclu un accord avec la société américaine bluebird bio portant sur la production de deux types de lentilles, une nouvelle positive selon Vontobel, qui ne va toutefois pas modifier ses estimations.

Les assurances Zurich (-1,6%) Swiss Life (-1,4%) ont également nettement reculé, après avoir déjà fait partie des gros perdants la veille.

Chez les poids lourds défensifs, Nestlé et Novartis ont chacun perdu 0,5%. Son concurrent Roche (-0,4%) a à peine mieux résisté. Parmi les titres ayant le moins reculé, on trouve Sonova et Adecco (chacun -0,2%) ainsi qu'Aryzta, Givaudan et Syngenta (chacun -0,3%).

ATS