Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse a cédé du terrain mardi. A la clôture, l'indice vedette SMI lâchait 0,75% par rapport à la veille à 7673,67 points.

En plus de prises de bénéfices, la faiblesse des marchés asiatiques a pesé sur l'ambiance, selon les courtiers. Les financières surtout ont été sous pression, dans le sillage des suites de l'affaire "Panama Papers".

La nouvelle baisse des prix du pétrole a aussi joué un rôle, alors que les informations conjoncturelles du jour ont fourni des impulsions mitigées. Le SLI a perdu 1,11% à 1180,89 points et l'indice élargi SPI 0,72% à 8208,52 points. Sur les trente blue chips, 25 ont reculé et cinq avancé.

Les valeurs bancaires ont le plus souffert parmi les financières. Credit Suisse a reculé de 4,9%. Des courtiers ont parlé d'une vague de ventes après que les analystes d'Exane BNP Paribas ont recommandé de vendre le titre. L'analyste de la banque française s'attendait à un renforcement de la mise en place de la stratégie, mais pas aussi tôt. C'est un signe qui montre à quel point l'évolution opérationnelle est mauvaise, selon lui.

Onde de choc des "Panama Papers"

L'affaire des "Panama Papers" a continué de faire des vagues et cela a aussi pesé sur les actions des deux autres banques du SMI: Julius Baer et UBS ont perdu chacun 3,2%. UBS proposera à ses actionnaires d'élire Robert Scully et Dieter Wemmer, deux pontes du monde financier, au conseil d'administration. Aux assurances, Swiss Re (-1%), Swiss Life (-0,8%) et Bâloise (-0,5%) ont mieux résisté.

Les cycliques Dufry (-3,7%), Adecco (-2,2%), ABB (-1,8%) et Clariant (-1,6%) ont aussi nettement baissé, tout comme les valeurs du luxe Swatch (-2,3%) et Richemont (-1,3%).

Schindler (-1%) a annoncé la cession de ses activités au Japon à son concurrent Otis. Les analystes parlent de décision logique au vu de la petite taille et de la stagnation des parts de marché dans ce pays.

Les poids lourds défensifs Roche (-0,2%), Nestlé et Novartis (chacun -0,1%) ont fait mieux que la moyenne. Berenberg a réduit l'objectif de cours de Novartis en raison notamment des problèmes de la filiale Alcon et de l'échéance cette année des brevets pour Gleevec ainsi que le début modeste du blockbuster potentiel Entresto. Les gagnants sont Actelion (+1,8%), SGS, Galenica (tous deux +0,8%), Sika (+0,6%) et Givaudan (+0,3%).

ATS