Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse a, à nouveau, terminé dans le rouge mardi. L'indice réunissant les 20 valeurs vedettes, le Swiss Market Index (SMI) a clôturé en repli de 0,30% à 8849,77 points.

Le SLI a perdu 0,27% à 1330,36 points et le SPI 0,30% à 9067,62 points. Sur les trente blue chips, seize ont reculé et treize avancé. Sonova a fini inchangé.

Manque d'impulsion

Après une ouverture positive, le SMI a rapidement viré au rouge et a par la suite accentué ses pertes. Dans l'ensemble toutefois la baisse est restée contenue et la séance a été caractérisée par un manque d'impulsion.

Selon les courtiers, divers facteurs expliquent cette évolution. D'une part, la probabilité d'une hausse du taux directeur de la Réserve fédérale américaine (Fed) en décembre a augmenté sensiblement. D'autre part, les récentes données économiques chinoises suscitent des craintes sur l'état de l'économie de l'Empire du Milieu.

Enfin, il se pourrait que la Banque centrale européenne (BCE) ne procède pas à l'assouplissement monétaire espéré en décembre. Par ailleurs, après les récentes fortes hausses, une correction n'a rien d'étonnant.

Julius Baer en fort recul

Dans le détail, Julius Baer (-2,7%) est l'un des gros perdants du jour. L'afflux d'argent frais est resté inférieur aux objectifs de la banque sur les dix premiers mois de l'année. En taux annualisé, l'afflux est juste sous la fourchette à moyen terme visée de 4 à 6%. Vontobel a qualifié les données de "peu inspiratrices".

Swatch (-2,2%) et Richemont (-0,2%) ont également plus ou moins nettement fléchi. Vendredi, Richemont a publié des données décevantes sur la marche des affaires en septembre et octobre, ce qui a déteint sur l'ensemble de la branche.

Par ailleurs, Tag Heuer, filiale de LVMH, a lancé lundi sa propre montre connectée en collaboration avec Google et Intel. Il s'agit d'un concurrent important pour les géants biennois et genevois.

Les poids lourds défensifs de la Bourse, Roche (-0,3%), Novartis (-0,4%) et Nestlé (-0,2%) sont restés sous pression. Peu avant la clôture, la FDA a annoncé l'homologation de la combinaison Cotellic et Zelboraf de Roche pour le traitement du cancer de la peau, sans effet sur le cours du bon de jouissance.

Les autres perdants sont LafargeHolcim (-2,1%). Sans oublier SGS (-1,8%).

Galenica en hausse

Dans le camp des gagnants, Adecco (+0,7%) a effacé une partie des pertes de 9% essuyées la semaine passée dans le sillage de ses chiffres décevants. La société a profité, selon un analyste, des données conjoncturelles positives en France, un de ses marchés clés. Les autres gagnants sont Galenica (+2%) et Actelion (+1%).

Zurich Insurance (+0,1%) a fini dans le vert, après un passage à vide en milieu de journée. L'assureur a indiqué lundi soir prévoir la suppression de jusqu'à 440 emplois à Londres d'ici fin mars prochain, plus que prévu initialement.

Sur le marché élargi, GAM a perdu 4,3%, dans le sillage de Julius Baer. Citigroup a réduit sa recommandation à "neutral" de "buy".

Barry Callebaut (+0,5%) a repris les activités de distribution de boissons du hollandais FrieslandCampina Kievit. La veille, le chocolatier industriel avait fait ses emplettes au Ghana. Cette nouvelle acquisition devrait soutenir la rentabilité, estiment les analystes de Baader Helvea.

LifeWatch s'est pour sa part emparé de l'américain FlexLife Health, spécialisé dans la surveillance à distance de l'INR (International Normalized Ratio), un indicateur de coagulation sanguine. L'entreprise finit en hausse de 0,9%.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS