Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse a terminé mercredi sur une note positive. Le Swiss Market Index (SMI) a ainsi effacé une partie des pertes essuyées en début de semaine. Les courtiers ont été surpris, car les incertitudes autour de la Grèce n'ont pas disparu.

Le SMI a fini en hausse de 1,01% à 8852,43 points. Le SLI a gagné 0,69% à 1317,68 points et le SPI 0,88% à 8971,81 points. Sur les trente "blue chips", 24 ont gagné du terrain et six en ont perdu.

Des informations sur la crise grecque arrivent continuellement, mais il n'y a encore aucune décision concrète, ont-ils relevé. Le début de séance négatif à Wall Street n'a pas modifié la tendance. La Grèce a demandé un nouveau programme d'aide de trois ans au mécanisme européen de sauvetage MES, ce qui a été bien accueilli sur les marchés.

Selon les courtiers, cette demande est vue comme le signe que la Grèce veut tenir le calendrier. L'Union européenne (UE) a en effet demandé au gouvernement grec de faire des propositions de réformes d'ici jeudi soir. Ce sera ensuite une base de discussion, si les créanciers jugent les propositions suffisantes.

Autre thème sur les marchés: la chute des Bourses chinoises. Des analystes craignent que la panique sur ces marchés ne déteigne sur ceux d'Europe et des Etats-Unis, ce qui pourrait inciter la Banque fédérale américaine (Fed) à retarder le moment de la hausse de son taux directeur.

Transocean vedette du jour

La volatile Transocean (+4,2%) signe la meilleure performance du jour, au lendemain d'un gain de plus de 5% à Wall Street où le titre est aussi coté. Selon des courtiers, les investisseurs ont peut-être réagi à l'annonce d'une grosse commande par un concurrent.

Les principaux responsables de la hausse du SMI sont les deux poids lourds pharma Roche (+1,8%) et Novartis (+2,1%). Selon les analystes, les qualités défensives des deux titres sont recherchées dans l'environnement actuel. Nestlé (+0,8%) est resté un peu en retrait.

Holcim a gagné 1,5%. La fusion avec Lafarge est désormais quasi à bout touchant. A l'issue de l'offre d'échange, Holcim détient 87,46% de Lafarge. La barre des deux tiers a été clairement dépassée. Ce résultat reflète la confiance des actionnaires dans l'avenir du nouveau groupe, ont indiqué Holcim et Lafarge dans un communiqué commun.

Kühne+Nagel (+1,2%) a aussi progressé, de même qu'Actelion et Aryzta, qui ont toutes deux gagné plus de 2%. Richemont (-0,3%) a perdu du terrain, alors que Swatch (+0,8%) en a gagné. Les turbulences sur les marchés boursiers chinois suscitent toujours des inquiétudes, de potentiels acheteurs pourraient n'avoir plus les moyens de se payer des montres de luxe helvétiques.

Les autres perdants sont Syngenta (-1,7%), Credit Suisse (-0,9%), Givaudan (-0,8%) et UBS (-0,6%).

ATS