Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Chaque année, entre 100 et 120 aménagistes du territoire sont recherchés, alors que seuls 60 sortent de filières d'études reconnues (archives).

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

(sda-ats)

La Suisse manque de professionnels de l'aménagement du territoire. Plusieurs hautes écoles et universités, associations professionnelles, organisations spécialisées et la Confédération ont signé une charte, dans laquelle elles s’engagent à promouvoir la relève.

Les professionnels de l'aménagement du territoire n'ont jamais été aussi recherchés, tant dans le secteur privé que public, déclare le Réseau du développement territorial mercredi dans un communiqué. Or, l'offre de formation actuelle ne parvient pas à couvrir la demande croissante.

Il manque en Suisse un programme universitaire comprenant bachelor et master dans le domaine, comparable à celui dont disposent les pays limitrophes, déplorent les signataires de la charte. Environ un tiers des candidats aux postes vacants ont obtenu leur diplôme à l'étranger.

L'offre de formation la plus complète se concentre sur la Suisse alémanique. Les parties romande et italienne n'offrent elles pas de cursus équivalent, soulignent-ils.

Qualité menacée

Chaque année, entre 100 et 120 aménagistes qualifiés sont recherchés, alors que seuls 60 diplômés terminent leurs études. Cette situation menace la haute qualité de l'aménagement du territoire suisse, reconnue loin à la ronde, craint le Réseau du développement territorial.

Dans la charte, les 19 signataires s'engagent à promouvoir la relève et à renforcer la formation dans l'aménagement du territoire. Parmi eux, l'Office fédéral du développement territorial, la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, l'Université de Genève et la Haute école polytechnique fédérale de Zurich.

ATS