Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un très important réseau de trafiquants de cocaïne a été démantelé au terme d'une longue enquête de la Brigade des stupéfiants de la Police judiciaire de Lausanne. Au total, 24 personnes ont été interpellées et 9 kg de cocaïne saisis.

La drogue livrée en Suisse provenait des Pays-Bas. "C'est l'une des plus importantes affaires de réseau et trafic de drogue de ces 20 dernières années", a dit mardi à l'ats Sébastien Jost, porte-parole de la police municipale lausannoise. Les faits se sont déroulés entre février et septembre 2014.

Il s'agissait d'un réseau de trafiquants "très bien organisé et possédant des ramifications dans toute la Suisse", précise la police dans un communiqué. Celle-ci a opéré en quatre phases d'arrestations et de saisie de drogue, en février, avril, mai et septembre 2014.

Des centaines de kilos

La marchandise arrivait à Genève et Lausanne par la route le samedi soir afin d'être écoulée le plus rapidement possible. Un passeur principal a été arrêté en mai 2014 avec 5 kg de cocaïne dans une valise qu'il transmettait à un trafiquant, mettant ainsi en lumière la manière dont la drogue arrivait en Suisse.

Il s'agit d'un Allemand de 62 ans qui a admis avoir acheminé de la drogue à bord d'un camping-car chaque semaine depuis 2011. L'homme est aujourd'hui accusé d'avoir transporté plusieurs centaines de kilos de cocaïne depuis les Pays-Bas à destination des deux villes lémaniques.

Plusieurs grossistes, notamment basés à Lausanne, s'approvisionnaient ensuite auprès de différents trafiquants. Puis, ils distribuaient la cocaïne à des revendeurs de rue.

Afrique centrale

La majorité des personnes arrêtées sont des ressortissants d'Afrique centrale, soit du Nigeria, du Liberia, du Niger et du Togo, selon la police municipale. Certains ont été déférés au Minsitère public vaudois.

Au cours de cette enquête, les enquêteurs lausannois ont collaboré avec la Police de Sûreté vaudoise ainsi que la Police judiciaire genevoise. Ils ont aussi pu compter sur l’aide et le soutien des Unités spéciales lausannoise, vaudoise et genevoise.

ATS