Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La canicule des dernières semaines a fait flamber les prix des légumes. Concombres exceptés, ils ont tous vu leurs prix prendre l'ascenseur en juillet, jusqu'à 32% pour le brocoli par rapport à la moyenne saisonnière des quatre dernières années.

La canicule a nui aux cultures maraîchères et entraîné une hausse des prix dans le commerce suisse de détail. Le brocoli accusait en juillet une hausse de 32%, le poireau de 20%, le chou-fleur de 19% et les tomates (de 17% pour celles de forme arrondie, de 13,4% pour les ordinaires), selon le Bulletin mensuel du marché des fruits et légumes publié par l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG).

A l'inverse, le prix du concombre à salade a baissé de 10%. Contrairement à ses congénères, ce légume profite de la chaleur, sa production ayant connu une hausse de 11%. La production de choux-fleurs a en revanche chuté de 36%, celle de tomates de 26% et celle de brocoli de 9%, toujours par rapport à la moyenne de juillet des quatre dernières années.

La production indigène influence donc directement les prix. Mais les importations jouent aussi un rôle, sachant que les légumes importés sont souvent meilleur marché. Ainsi la production de haricots nain a augmenté de 14%, mais ses prix n'ont pas baissé dans le commerce car, dans le même temps, les importations ont chuté de 79%.

In fine, l’allégement des prix du panier-type, que l’on enregistre habituellement en été, a été moins marqué en ce mois de juillet, car la diminution de l’offre résultant de la sécheresse et de la chaleur a entraîné une hausse des prix. Le panier-type tel que le calcule l'OFAG, coûtait 63,44 francs le mois dernier, soit 1,6% de plus que la moyenne.

ATS