Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Malgré l'abandon de la centrale à gaz, l'assainissement du site de l'usine thermique de Chavalon vont se poursuivre.

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

Le projet de centrale au gaz naturel est abandonné. Ses actionnaires, EOS Holding et Romande Energie y renoncent en raison des raisons cadres et économiques défavorables sur le marché de l'électricité. Ils cèdent la totalité de leurs parts au Groupe Orllati.

Les prix bas de l'électricité sur les marchés suisse et européens, couplés à l'augmentation des coûts de compensation des émissions de CO2, ne permettent pas d'assurer la rentabilité de la centrale, expliquent les actionnaires dans un communiqué vendredi.

En outre, les procédures d'obtention des permis s'éternisent, avec des recours contre le permis de construire auprès du Tribunal cantonal du Valais. De plus, l'obtention des autorisations de permis de construire d'un gazoduc et d'une ligne électrique auprès de l'Office fédéral de l'énergie sont toujours pendantes.

Enfin, initialement envisagé dans une première phase de mise en oeuvre de la stratégie énergétique 2050, le recours aux centrales à gaz ne semble pas se confirmer, écrivent les actionnaires.

Le projet était de construire une centrale à cycle combiné au gaz naturel sur le site de Chavalon, sur la commune de Vouvry (VS). Elle devait répondre aux besoins en électricité d'environ 500'000 ménages.

ATS