Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La chaîne de boutiques Yendi, ici une succursale à Zurich, a fini par être rattrapée par ses difficultés en demandant la faillite.

KEYSTONE/WALTER BIERI

(sda-ats)

Yendi, qui emploie environ 500 personnes en Suisse, a demandé mardi l'ouverture d'une procédure de faillite. La direction de la chaîne de magasins de vêtements en a informé ses succursales mercredi.

Le groupe demande à ses employés de poursuivre leur travail de manière à écouler le plus de marchandise possible, "dans l'intérêt de tous", lit-on dans cette information aux succursales que l'ats s'est procurée.

La semaine dernière encore, la direction envoyait aux succursales des courriels qui se voulaient rassurants. Cela montre qu'elle a caché jusqu'au bout la situation réelle à ses employés, ce qui est inacceptable, a réagi le syndicat Unia. Le syndicat a rendez-vous avec la direction mardi prochain.

Depuis plusieurs semaines, des collaborateurs s'inquiétaient pour leur avenir à cause des difficultés financières de l'entreprise basée à Bulle (FR), qui a une centaine de points de vente en Suisse. Les poursuites se sont accumulées, des baux à loyer ont été dénoncés, et la plupart des magasins n'étaient plus réapprovisionnés.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS