Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le séisme du 26 avril au Népal a été l'un des points chauds pour la Chaîne du Bonheur (archives).

KEYSTONE/AP/NIRANJAN SHRESTHA

(sda-ats)

L'année 2015 a été marquée par le tremblement de terre au Népal et par la crise migratoire, indique la Chaîne du Bonheur dans son rapport annuel publié jeudi. La Fondation a soutenu l'an passé 102 projets dans 33 pays.

La population suisse a manifesté sa solidarité à plusieurs reprises en 2015, notamment lors du tremblement de terre survenu au Népal et à l'égard des réfugiés. Les campagnes de dons ont permis de recueillir pour ces causes respectivement 32 millions et 26 millions de francs.

Plus de 47 millions de francs ont été versés à 25 organisations internationales d'entraide, dont les deux tiers ont été alloués aux victimes du typhon Haiyan aux Philippines et du tremblement de terre au Népal.

Aide renforcée en Suisse

La Chaîne du Bonheur a également soutenu davantage de personnes en Suisse en 2015, indique le rapport annuel. La Fondation a ainsi dépensé plus de 4,7 millions de francs, pour venir en aide à 3417 personnes.

Les familles frappées par les intempéries, les victimes de coercition à des fins d'assistance et les jeunes en rupture ont en particulier bénéficié de l'aide.

Recours accru au numérique

Soucieuse de rester en phase avec son temps, la Chaîne du Bonheur a affiné ses outils de communication. Le processus de don est simplifié, que ce soit via smartphone, le site internet, l'e-banking ou un guichet de poste.

Ces adaptations sont nécessaires pour faire face à l'avenir, selon la présidente de la Fondation, Ladina Heimgartner. Car on assiste à une redistribution des forces dans l'humanitaire: "Les acteurs y sont nombreux, tandis que les exigences des jeunes donateurs changent", indique la présidente, dans le rapport annuel.

ATS