Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Malgré des critiques toujours plus virulentes à l'interne, la chancelière allemande Angela Merkel a réitéré son soutien à l'accord fiscal germano-suisse. Ce texte garantit "davantage d'équité", a déclaré à Berlin le porte-parole du gouvernement Steffen Seibert.

Le porte-parole a par ailleurs souligné que le gouvernement n'avait pas connaissance que les banques suisses aient aidé les fraudeurs allemands présumés à transférer de l'argent noir dans des pays tiers. Une porte-parole du ministère des Finances s'était exprimée sur ce sujet, réagissant à la publication dans les médias d'informations non confirmées.

"Pas la bonne solution"

Le gouvernement allemand s'est par ailleurs exprimé à nouveau contre l'acquisition de CD de données sur les fraudeurs allemands présumés. "Les achats de CD ne sont pas la bonne solution", a estimé son porte-parole Steffen Seibert.

Les événements des dernières semaines montrent la nécessité d'un accord avec la Suisse, a-t-il souligné, faisant allusion à d'autres acquisitions de CD par l'état régional de Rhénanie du Nord-Westphalie.

Dans un entretien publié dimanche dans la presse suisse, Norbert Walter-Borjans, le ministre des Finances de cet état allemand, s'était dit prêt à effectuer d'autres achats de données.

Rencontre avec l'ambassadeur suisse à Berlin

Ce dernier rencontrera par ailleurs cette semaine l'ambassadeur suisse à Berlin Tim Guldimann, a déclaré lundi à l'ats le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), confirmant une information du "Rheinischen Post".

Il s'agira d'échanger des informations sur le processus de ratification de l'accord fiscal, mais "en aucun cas d'adaptations ou de renégociations" de ce traité, a souligné le DFAE.

Par ailleurs, le quotidien allemand "Bild" a retiré sa plainte pénale déposée en avril contre la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga. Aucun élément à charge n'a pu être apporté selon lequel les autorités judiciaires suisses seraient allées à l'encontre des principes de l'Etat de droit.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS