Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Depuis vendredi et jusqu'à lundi, La Chaux-de-Fonds est durant quatre jours le centre européen de l'Art nouveau. La cité horlogère accueille en effet une séance plénière du Réseau Art Nouveau Network, dont elle est membre depuis 2005 aux côtés de Barcelone, Bruxelles ou Glasgow.

Cette participation lui permet notamment de profiter indirectement des fonds du programme Culture de la Commission européenne investis dans le réseau, ont indiqué les autorités communales. Pour 2010-2015, le réseau a bénéficié d'un financement pour un projet intitulé "Art nouveau et écologie".

Ce projet a pour objectif de souligner le rapport, fondé sur la nature, entre l'Art nouveau et les préoccupations écologiques actuelles. L'Art nouveau s'est développé vers 1900, dans les grandes villes d'Europe. Les artistes recherchaient l'essence esthétique de la nature, en réaction aux écoles académiques et à leur inspiration classique.

Inspiré de la nature

L'Art nouveau contient donc de nombreux motifs stylisés inspirés de la nature. A La Chaux-de-Fonds, ce mouvement artistique s'est implanté à la fin du 19e siècle sous l'influence des patrons horlogers et de leurs représentants. Dans la ville actuelle, l'Art nouveau se voit encore dans les cages d'escaliers, les vitraux, les jardins, les ferronneries ou les carrelages de maisons.

Sous l'impulsion de Charles L'Epplattenier, la cité des Montagnes neuchâteloises, capitale suisse de l'Art nouveau, a développé un Art nouveau régional, le Style sapin, qui s'inspire de la flore et de la faune du Jura pour l'élaboration de son vocabulaire stylistique, relève le communiqué de la ville. L'originalité de ce style régional équivaut à celle du modernisme de Gaudi à Barcelone.

Le Crématoire de La Chaux-de-Fonds, oeuvre d'art totale unique en son genre, constitue le point d'orgue du riche patrimoine Art nouveau dans le Jura neuchâtelois.

ATS