Toute l'actu en bref

La grippe aviaire a provoqué la mort de 36 humains en Chine entre le 19 janvier et le 14 février (archives).

KEYSTONE/EPA/JEROME FAVRE

(sda-ats)

Les autorités chinoises ont signalé une évolution dans la variante H7N9 de la grippe aviaire, qui peut provoquer des formes plus aiguës de maladie chez la volaille. La situation doit être suivie de près, a averti mardi l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Des échantillons du virus, prélevés sur deux humains contaminés, ont été injectés sur des oiseaux dans un laboratoire et se sont révélés "hautement pathogènes" pour la volaille, a précisé l'OMS.

La dangerosité en question ne concerne que les volatiles, et non pas les humains, a souligné un porte-parole de l'OMS. Selon lui, il n'existe "pas de preuve que les mutations du virus modifient la capacité du virus à se propager entre humains".

Trois cent quatre cas de contaminations d'humains par la grippe aviaire, confirmés par des analyses en laboratoire, ont été comptabilisés en Chine continentale du 19 janvier au 14 février et 36 décès de cette maladie chez les humains ont été dénombrés, a déclaré l'OMS dans son dernier point sur l'épidémie, lundi.

"C'est la première fois que de tels changements ont été détectés. Les deux seuls cas ont été signalés dans la province du Guangdong en Chine. Jusqu'à présent, on n'a pas repéré de telles mutations ailleurs", a ajouté le porte-parole.

ATS

 Toute l'actu en bref