Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les autorités chinoises ont annoncé vendredi la mise en place d'un système de contrôle continu de la pollution liée aux puissantes explosions de Tianjin. Ce système de contrôle vérifiera la qualité de l'air, du sol et des eaux 24 heures sur 24.

Le ministère de l'environnement "rendra les données publiques d'une manière appropriée et précise", a déclaré son chef, Chen Jining, cité par China Environnement News.

Le ministre de l'environnement a ajouté que les autorités "répondront précisément aux préoccupations et aux sujets sensibles pour la société afin de garantir le droit du public à disposer d'informations sur l'environnement".

Environ 700 tonnes de cyanure de sodium, un produit chimique hautement toxique, étaient stockées dans l'entrepôt du port de Tianjin touché par deux déflagrations le 12 août.

Difficile transparence

Une nouvelle loi sur la protection de l'environnement promulguée le 1er janvier garantit un droit d'accès aux informations sur ce sujet et prévoit que les personnes directement responsables d'infractions peuvent être licenciées.

Les autorités chinoises peinent à garantir une réelle transparence dans certaines situations embarrassantes, telles que des accidents industriels qui peuvent être perçus comme un manque d'aptitude du Parti communiste à assurer la sécurité publique.

Une dizaine de personnes ont été interpellées après la catastrophe de Tianjin et onze dirigeants et responsables portuaires sont accusés de négligence et d'abus de pouvoir. Les explosions de Tianjin ont provoqué la mort de 145 personnes dans un parc industriel de cette ville portuaire du nord-est de la Chine.

ATS