Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des dizaines de milliers d'Egyptiens étaient rassemblés mardi sur la place Tahrir au Caire pour protester contre la décision du président Mohamed Morsi de s'octroyer des pouvoirs exceptionnels. Il s'agit de la plus forte mobilisation contre le président islamiste depuis son élection en juin.

"Dégage!", scandaient de nombreux manifestants, reprenant le slogan emblématique de la révolte populaire qui avait chassé du pouvoir le président Hosni Moubarak en février 2011.

Plusieurs cortèges sont arrivés dans l'après-midi sur la célèbre place du centre de la capitale égyptienne, pour dénoncer également le puissant mouvement dont est issu le président, les Frères musulmans. "Les Frères musulmans sont des menteurs", pouvait-on lire sur une pancarte brandie par un manifestant.

Plus tôt dans la journée, des heurts sporadiques avaient eu lieu près de la place Tahrir, aux abords de l'ambassade des Etats-Unis, entre des jeunes et la police anti-émeutes qui répondait aux jets de pierres par des tirs de gaz lacrymogènes.

Décret maintenu

Un manifestant de 52 ans est mort après avoir inhalé du gaz. Il s'agit du troisième décès survenu lors de manifestations depuis jeudi, date de la publication du décret controversé. Les accrochages, qui ont lieu depuis une semaine, sont dénoncés par de nombreux manifestants anti-Morsi présents à Tahrir, désireux de garder un caractère pacifique à leur manifestation.

Après une rencontre avec la hiérarchie judiciaire lundi, M. Morsi a décidé de maintenir le décret controversé par lequel il s'est autorisé à prendre toute mesure jugée nécessaire pour "protéger la révolution".

Ce décret, annoncé le 22 novembre, a provoqué la colère d'une grande partie du monde judiciaire et de la classe politique, en plaçant les décisions présidentielles à l'abri de tout recours en justice. Le décret empêche également la justice d'examiner les recours contre le processus de rédaction de la Constitution, que ses adversaires estiment dominé par les islamistes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS