Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Arc jurassien relance sa coopération transfrontalière, faisant davantage appel aux régions. Développement économique, mobilité, gestion de l'espace et vivre-ensemble sont au coeur des préoccupations, explique la CTJ.

La nouvelle stratégie 2016-2020 a été élaborée par la Conférence TransJurassienne (CTJ) qui agit au niveau franco-suisse. Elle regroupe les cantons de Berne, Jura, Neuchâtel, Vaud ainsi que la région de Bourgogne-Franche-Comté.

A l'avenir, la CTJ veut agir en contact plus étroit avec les acteurs concernés via le Conseil des territoires transfrontaliers. Une manière de "mieux prendre en compte les besoins et les attentes" du terrain, soulignent les responsables qui étaient réunis lundi à Yverdon-les-Bains (VD).

Quatre thématiques centrales ont été retenues. Le développement économique, les mobilités, la gestion de l'espace et le vivre-ensemble. Ce dernier point est "particulièrement important si l'on veut éviter le repli identitaire, les méfiances et les préjugés", souligne le communiqué.

Les zones transfrontalières entre l'Union européenne et la Suisse touchent dix-huit cantons, soit 80% du territoire suisse et onze Régions d'Europe. Près de 200'000 travailleurs dont 130'000 français, viennent travailler chaque jour en Suisse.

La nouvelle stratégie de collaboration transfrontalière servira de base aux cofinancements publics. Le programme Interreg France-Suisse soutient de telles initiatives, ainsi qu'un nouveau fonds destinés aux petits projets.

ATS