Navigation

La COMCO ouvre une enquête sur le marché des devises

Ce contenu a été publié le 31 mars 2014 - 11:54
(Keystone-ATS)

La Commission de la concurrence (COMCO) a ouvert une enquête pour de possibles ententes sur le marché des devises. Les établissements UBS, Credit Suisse, la Banque cantonale de Zurich (BCZ) et Julius Baer sont concernés.

Les instituts financiers étrangers JP Morgan, Citigroup, Barclays et Royal Bank of Scotland sont également touchés, a indiqué lundi dans un communiqué le gendarme de la concurrence. Selon la COMCO, il existe des indices selon lesquels des ententes auraient été conclues entre ces banques sur le cours de devises.

"Les comportements soupçonnés concernent en particulier l'échange d'informations sensibles et la coordination générale dans l'achat et la vente de devises à des cours influencés", précise la COMCO.

Ces opérations auraient été menées dans l'optique d'influencer la fixation du taux de référence quotidien WM/Reuters et de coordonner l'achat et la vente de devises face à des parties adverses déterminées, ajoute la commission.

Devises

les plus importantes

Les autorités de la concurrence soupçonnent que les cours des plus importantes devises ont été concernés par ces comportements. En outre, elles n'excluent pas que d'autres banques ou intermédiaires financiers soient impliqués. Le Secrétariat de la COMCO avait ouvert une enquête préalable dans la même affaire le 30 septembre 2013.

Les établissements suisses visés ont indiqué coopérer avec la COMCO. Julius Baer n'a pas constaté de comportement abusif en son sein sur le marché des changes, a indiqué à l'agence AWP un porte-parole. La Banque cantonale de Zurich coopère également, soulignant toutefois qu'elle ne joue qu'un rôle mineur sur le marché des devises.

Pas de commentaire

UBS n'a pas souhaité commenter cette annonce, renvoyant à son rapport annuel publié en mars. Le groupe avait alors indiqué avoir mené une enquête interne sur ses activités de devises, notamment sur ses activités de métaux précieux.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.