Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Programmes d'assistance et hausse du salaire minimum ont réduit la brèche entre pauvres et riches au Brésil, selon une étude de l'Institut brésilien de géographie et statistiques (IBGE, officiel).

De 2009 à 2011, le revenu moyen mensuel des Brésiliens a augmenté de 8,3%, selon cette étude qui montre que de façon générale, les salaires des plus pauvres ont plus augmenté que ceux des plus riches. "La plus grande hausse dans les revenus (29,2%) a été observée dans les 10% des revenus les plus bas", constate l'IBGE.

Mais le Brésil reste un des champions de l'inégalité sociale: les riches qui, en 2009, gagnaient 107 fois plus que les pauvres en gagnaient toujours 87 fois plus en 2011. Le revenu moyen par domicile a progressé de 3,3% de 2009 à 2011, à environ 1450 dollars (un peu plus de 1350 francs) par mois.

L'étude montre également que le salaire des femmes a augmenté de 13% dans la période, mais équivaut à 70% seulement de ce que perçoivent les hommes. D'autre part le travail des enfants (de 5 à 9 ans) a reculé de 30%.

De 2003 à 2010, les politiques sociales du gouvernement de l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva ont sorti plus de 28 millions de Brésiliens de la misère, des politiques qui continuent avec son successeur, la présidente Dilma Rousseff.

"Nous pouvons déjà affirmer que les résultats de 2012 seront meilleurs (...) Le Brésil montre au monde qu'il est possible de croître économiquement tout en faisant de l'intégration sociale", s'est félicité la ministre du développement social, Tereza Campello.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS