Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Confédération a soutenu le projet Solar Impulse de Bertrand Piccard durant des années à hauteur de centaines de milliers de francs sans base légale. Le pionnier de l'aéronautique est désormais prié de passer à la caisse. Présence Suisse joue les médiateurs pour trouver une solution.

Le vice-directeur du Contrôle fédéral des finances (CDF) Armin Vuillemin a confirmé à l'ats l'information annoncée mardi par la radio alémanique DRS. Depuis 2007, Solar Impulse n'a pas dû payer de location pour un hangar à l'aérodrome militaire de Dübendorf (ZH), a confirmé le Département de la défense (DDPS).

Entretemps, l'arriéré se monte à un million de francs. De plus, le DDPS a procédé à des modifications du hangar pour le projet de M.Piccard, le portail de 15 mètres étant trop étroit pour l'avion solaire. Ces constructions ont coûté 700'000 francs. A Payerne (VD), Solar Impulse occupe depuis 2009 une grande halle destinée au Bureau d'enquête sur les accidents d'aviation.

Loyer dès 2014

L'an dernier, le CDF a examiné le soutien fédéral à Solar Impulse. Il a constaté que les prestations de la Confédération sont sans base légale. La critique du CDF n'est pas restée sans suite: le DDPS demande à Bertrand Piccard un loyer couvrant les frais à partir de 2014, a confirmé l'Office fédéral des constructions et de la logistique.

Pour Dübendorf, le DDPS a demandé un loyer en février 2011 déjà. "Solar Impulse n'a pas signé le bail jusqu'ici", a indiqué la porte-parole du DDPS Sonja Margelist. Le Conseil fédéral veut également trouver une solution, a-t-elle ajouté.

Le Département des affaires étrangères (DFAE) entend coordonner les discussions entre Solar Impulse et la Confédération via Présence Suisse. L'affaire est discutée avec tous les département fédéraux impliqués, a précisé à l'ats la chargée de communication de Solar Impulse Charlotte Pichon.

Selon elle, ces discussions ne changent rien au projet de tour du monde en avion solaire prévu par M. Piccard en 2014. En déplacement, ce dernier n'était pas joignable mardi.

ATS