Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Confédération a clos 2011 sur un excédent de 1,9 milliard de francs, une situation bien meilleure que le déficit de 600 millions inscrit au budget. Le Conseil fédéral a pris connaissance mercredi de ces résultats.

Ce n'est pas une grande surprise, a reconnu la ministre des finances Eveline Widmer-Schlumpf. En septembre dernier, ses services avaient déjà annoncé que la situation serait bien meilleure que prévu.

Selon la grande argentière, un tel retournement de situation ne devrait pas se reproduire même s'il ne faut jamais dire jamais. Le Conseil fédéral budgète de nouveau un déficit de 796 millions en 2014 et va lancer un programme d'économies.

L'amélioration des comptes en 2011 est d'abord due à des recettes supplémentaires (+ 1,8 milliard) portant le total à 64,2 milliards, mais elle est aussi liée à une diminution des dépenses (-700 millions), ramenant le total à 62,3 milliards.

Le franc fort

Côté entrées fiscales, l'impôt anticipé a largement dépassé les valeurs budgétisées (+ 1,2 milliard). Les rentrées ont certes diminué en raison de la baisse des recettes liée à l'introduction du principe de l'apport en capital (2e réforme de l'imposition des entreprises), mais les remboursements ont davantage reculé.

La reprise de l'économie en 2010 a aussi entraîné une augmentation des recettes de l'impôt fédéral direct (+ 300 millions) et de la taxe sur la valeur ajoutée (+ 200 millions).

Par rapport à 2010, les recettes ont augmenté de 2,2%, soit moins que la progression du PIB (2,5%). Celles liées à la TVA ont crû de 4,7% (+970 million) et celles liées à l'impôt anticipé de 3,1% (+140 millions). Les impôts sur les huiles minérales (-4%, -216 millions) et sur le tabac (-6,3%, - 148 millions) ont en revanche moins rapporté.

Au niveau des dépenses, la baisse aurait même pu atteindre 2 milliards de francs s'il n'y avait eu le programme de 800 millions pour lutter contre le franc fort et des suppléments ordinaires au budget pour un total d'environ 400 millions. Grâce à une stricte discipline budgétaire, plusieurs crédits n'ont pas été épuisés, laissant d'importants soldes, s'est félicitée Mme Widmer-Schlumpf.

ATS