Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Surveillance fédérale des fondations s'interroge sur la conformité juridique des évacuations par la Rega de soldats américains d'Irak et d'Afghanistan vers l'Allemagne. Elle a envoyé à la garde aérienne suisse de sauvetage un courrier pour lui demander des explications.

"Nous avons reçu la réponse de la Rega et sommes en train de l'examiner", a indiqué lundi à l'ats Katja Zürcher, porte-parole de l'autorité de surveillance de la Confédération sur les fondations reconnues d'utilité publique.

Avant l'éclatement de l'affaire dans la presse début mai, "nous n'avions pas connaissance des vols de rapatriement de soldats américains", a précisé Mme Zürcher, confirmant une information de l'hebdomadaire alémanique "Der Sonntag". "Nous avons donc décidé de clarifier les faits et de vérifier si les actions de la Rega sont conformes au droit".

Début mai, la garde aérienne suisse de sauvetage avait affirmé que ces vols humanitaires ne contredisent pas les principes d'impartialité de la Croix-Rouge. Elle avait en outre assuré qu'ils ne sont pas financés par les donateurs.

Critiques des parlementaires

Les membres des forces armées étrangères représentent une douzaine de cas sur les 691 patients transportés l'an dernier par avion-ambulance, avait précisé le porte-parole de la Rega, Sasha Hardegger. Outre l'Irak et l'Afghanistan, les soldats américains provenaient de Djibouti, dans la Corne de l'Afrique. Ils ont été rapatriés sur la base américaine de Ramstein, dans le Land allemand de Rhénanie-Palatinat.

Plusieurs parlementaires fédéraux, aussi bien de droite que de gauche, avaient critiqué ces transports de soldats américains, dénonçant notamment "l'utilisation de la croix suisse" par la Rega. Ils estiment que ces missions sont problématiques du point de vue de la neutralité.

L'autorité de surveillance fédérale est habilitée à sanctionner les fondations. Les sanctions vont du simple rappel à l'ordre à la dissolution de la fondation.

ATS