Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Confédération ne peut pas soutenir davantage les camps de ski des écoles que par le biais du programme Jeunesse + Sport, estime le conseil fédéral (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Les camps de ski revêtent une grande importance pédagogique pour les enfants et les jeunes, estime le Conseil fédéral. Il ne peut toutefois soutenir ces camps onéreux que de manière limitée, même si leur persistance est mise en danger par un arrêt du Tribunal fédéral.

En décembre dernier, les juges de Mon Repos concluaient que l'école obligatoire doit fondamentalement rester gratuite. Suite à cette décision, il est pratiquement impossible d'exiger des parents une contribution à des camps ou excursions obligatoires.

Les conséquences se font surtout sentir sur les camps de sports d'hiver. Car les coûts du voyage aller et retour vers la montagne, les abonnements de remontées mécaniques, le gîte et le couvert ainsi que la rémunération des accompagnants se situent largement au-dessus du maximum de 80 francs par semaine qu'il est nouvellement autorisé de faire payer aux parents.

Les montants alloués par la Confédération à travers Jeunesse+Sport ne suffisent pas non plus à couvrir les coûts.

Tels sont les calculs du conseiller national Christoph Eymann (PLR/BS). Dans une interpellation, l'ancien directeur de l'éducation de Bâle-Ville veut savoir du Conseil fédéral s'il est prêt à combler le déficit par des moyens fédéraux.

Un postulat de son collègue Duri Campell (PBD/GR) va dans le même sens. Si la main publique ne délie pas davantage sa bourse, le risque est grand que les écoles organisent de moins en moins de camps de sports d'hiver, craint le Grison.

Sport, tourisme et cohésion

Un séjour à la montagne est particulièrement bénéfique aux enfants des villes, souligne Christoph Eymann. Beaucoup n'ont guère l'occasion de pratiquer un sport d'hiver en dehors de l'école.

Dans un pays voué aux sports d'hiver comme la Suisse, cette évolution pose également un problème du point de vue économique et politique, s'accordent les politiciens. Les camps de ski contribuent au tourisme et à la cohésion du pays.

Le Conseil fédéral voit les choses du même oeil. Mais sa marge de manoeuvre est limitée, explique-t-il dans sa réponse écrite aux parlementaires.

L'instruction publique est du ressort des cantons et des communes. La confédération soutient les camps de sport obligatoires ou facultatifs par le biais du programme Jeunesse + Sport. Le Conseil fédéral estime qu'il n'est pas nécessaire de compenser la baisse de la contribution financière des parents par des subventions fédérales.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS