Navigation

La Corée du Nord ravitaillée en mer par des pétroliers russes

Les transferts de cargaison ont eu lieu au large entre bateaux russes et nord-coréens (archives). KEYSTONE/AP Yonhap sda-ats
Ce contenu a été publié le 30 décembre 2017 - 02:55
(Keystone-ATS)

Des navires russes ont fourni ces derniers mois des produits pétroliers à la Corée du Nord en violation des dispositions adoptées à l'ONU, selon deux sources européennes. Ces transferts se sont produits en mer au moins à trois reprises en octobre et en novembre.

Selon l'une des sources, il n'existe aucune preuve de l'implication du gouvernement russe. "Rien ne prouve que le gouvernement russe appuie ces transferts, mais ces vaisseaux russes sont une bouée de secours pour les Nord-Coréens", a dit cette source.

L'une et l'autre source appuient leurs propos sur des informations issues du renseignement militaire et sur des images de satellites, qui montrent des bateaux russes opérant au large.

Chine accusée

Contacté par Reuters, le ministère des affaires étrangères et les services des douanes russes ont refusé de s'exprimer, tandis que le propriétaire d'un des bateaux soupçonné de contrebande a réfuté ces informations.

Leur divulgation intervient alors que les Etats-Unis ont accusé cette semaine la Chine de continuer de fournir du pétrole russe, ce dont Pékin se défend.

La fourniture de produits pétroliers est vitale pour le régime de Pyongyang, tant pour faire tourner son économie que pour poursuivre le développement de ses programmes de missiles balistiques et d'engins nucléaires qui suscitent la préoccupation des Etats-Unis et de leurs alliés en Asie.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a durci le 22 décembre les sanctions contre la Corée du Nord par un vote unanime sur une résolution américaine. Le texte, qui dénonce les essais nucléaires et balistiques de Pyongyang, alourdit les sanctions précédentes en amenuisant davantage les livraisons de pétrole brut et raffiné qui proviennent majoritairement de Chine.

Pyongyang a qualifié d'"acte de guerre" ce neuvième train de sanctions onusiennes.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.