Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Nouvelle démonstration de force de la Corée du Nord: après le lancement d'un projectile par un sous-marin nord-coréen il y a deux semaines, Pyongyang a procédé lundi au tir de trois missiles balistiques (archives).

KEYSTONE/AP KCNA via KNS

(sda-ats)

La Corée du Nord a procédé lundi au tir de trois missiles balistiques au large de la côte orientale de la péninsule, a annoncé l'armée sud-coréenne. Elle y voit une démonstration de force destinée à frapper les esprits des dirigeants du G20 réunis en Chine.

Les missiles ont été tirés peu après midi (05h00 en Suisse) de la région occidentale de Hwangju, au sud de la capitale, Pyongyang, a déclaré le ministère sud-coréen de la Défense dans un communiqué repris par l'agence de presse Yonhap.

Il s'agissait de missiles de moyenne portée de type Rodong qui ont volé sur une distance d'un millier de kilomètres, a précisé par téléphone un responsable de l'état-major.

Les missiles sont probablement tombés dans la zone économique exclusive du Japon et leur tir constitue une grave menace à la sécurité de l'archipel, a déclaré le ministère japonais de la Défense.

Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, a dit quant à lui au président américain Barack Obama que ces tirs de missiles étaient "impardonnables", a indiqué un porte-parole du gouvernement nippon.

Engagement de la Chine

Ces nouveaux essais balistiques, interdits par les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, surviennent en plein sommet du G20 à Hangzhou, en Chine. La question coréenne y a été abordée notamment par le président chinois Xi Jinping et son homologue sud-coréenne Park Geun-hye lundi lors d'une rencontre bilatérale.

La Chine est le principal partenaire diplomatique de Pyongyang.

Lors de son entretien avec Park Geun-hye, Xi Jinping a réaffirmé l'engagement de la Chine en faveur d'une dénucléarisation de la péninsule coréenne. Mais il lui a parallèlement fait part de son opposition au déploiement par les Etats-Unis de batteries antimissile THAAD en Corée du Sud, a rapporté l'agence Chine nouvelle.

Défis

Washington et Séoul se sont accordés en juillet sur le déploiement de ces systèmes antimissile "Terminal High Altitude Area Defense" pour faire face aux menaces nucléaires et balistiques du Nord.

La présidente sud-coréenne a répondu à Xi que "le quatrième essai nucléaire de la Corée du Nord (en janvier dernier) et ses provocations en matière de missiles balistiques cette année ont gravement nui à la paix dans la péninsule et dans la région et posent un défi au développement des relations entre la Corée du Sud et la Chine", a rapporté l'agence Yonhap.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a émis le souhait que les parties impliquées évitent toute mesure susceptible de faire monter un peu plus la tension dans la péninsule coréenne.

Réactions européenne et américaine

L'Union européenne a jugé pour sa part que Pyongyang devait mettre fin à son programme "illégal" de missiles balistiques, qui ne fait, selon elle, qu'aggraver les tensions régionales.

Quant aux Américains, ils ont condamné les tirs de missiles, et un haut responsable de l'administration Obama a déclaré que Washington allait oeuvrer, lors des rencontres au sommet prévues cette semaine, à "renforcer la détermination de la communauté internationale" pour que la Corée du Nord ait des comptes à rendre.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS