Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Suisse n'a pas violé la liberté d'expression du Mouvement raélien en lui interdisant une campagne d'affichage, a estimé la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) vendredi. Celle-ci s'est prononcée dans un arrêt définitif confirmant une première décision.

En 2001, la branche suisse de la secte créée en 1973 par le Français Claude Vorilhon, dit Raël, s'était vu refuser par la police de Neuchâtel l'autorisation de coller des affiches, où apparaissaient notamment des extraterrestres et qui mentionnait un numéro de téléphone et une adresse Internet.

Alors que cette campagne avait été autorisée ailleurs dans la Confédération, le canton invoquait des activités du mouvement contraires à l'ordre public.

Clonage, "géniocratie" et pédophilie

Les autorités mettaient en avant sa promotion du clonage humain et de la "géniocratie", un modèle politique dans lequel les dirigeants devraient être choisis en fonction de leur quotient intellectuel. Un tribunal fribourgeois avait en outre pointé les ambiguïtés du discours de la secte vis-à-vis de la pédophilie.

Le refus d'affichage avait été confirmé en 2005 par le tribunal administratif du canton de Neuchâtel et le Tribunal fédéral (TF). Celui-ci avait considéré que le fait d'ouvrir l'espace public à cette campagne d'affichage controversée aurait donné l'impression que l'Etat lui apportait sa caution.

Décision "contradictoire"

En janvier 2011, la CEDH avait débouté les Raéliens dans un arrêt de chambre. Le mouvement avait ensuite obtenu que l'affaire soit renvoyée devant la Grande chambre, l'instance suprême de la Cour de Strasbourg.

Lors d'une audience en novembre dernier, son avocat avait fait valoir que se dire favorable au clonage n'était pas en soi illicite et déploré des "procès d'intention" en matière de pédophilie.

Selon lui, il était par ailleurs contradictoire d'interdire des affiches renvoyant vers un site Internet, alors que ni la secte ni l'accès au site n'étaient interdits.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS