Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Il existe un lien entre la disparition des journaux locaux et la baisse de la participation lors de scrutins communaux, selon une étude du politologue Daniel Kübler, de l'Université de Zurich.

Adrian Ritter

(sda-ats)

La disparition des médias locaux menace la démocratie. Il existe un lien entre la crise des journaux locaux et la baisse de la participation aux votations, selon une étude de l'Université de Zurich.

Moins les médias parlent de la politique locale, plus le taux de participation baisse dans les communes, constate Daniel Kübler, politologue à l'Université de Zurich. Selon l'étude qu'il vient de publier, il existe très clairement un lien entre la crise des médias locaux et la chute de la participation lors de scrutins communaux.

Pour en arriver à cette conclusion, il a analysé les données de six régions urbaines (Zurich, Genève, Bâle, Lausanne, Lucerne et Lugano), soit 408 communes comptant au total plus de trois millions d'habitants. Dans ces régions, plus le tirage des journaux locaux est élevé et plus ils parlent de sujets locaux, plus la participation est forte.

"Dé-localisation"

La vague de fusions de journaux locaux a contribué à ce que ces médias parlent davantage de sujets régionaux et proposent moins d'articles sur l'actualité locale. Il y a une "dé-localisation" de la couverture médiatique, souligne Daniel Kübler.

L'espoir que la couverture de l'actualité locale en ligne remplace les journaux locaux en voie de disparition ne s'est pas concrétisé. "Personne n'a encore trouvé une solution pour gagner de l'argent avec l'information locale en ligne", constate le politologue.

Protéger la démocratie

Pour protéger la démocratie, il estime que des acteurs non commerciaux comme les fondations, les partis politiques et les autorités locales doivent être plus actifs afin de créer une nouvelle offre journalistique locale. Si la démocratie locale est en crise, cela aura tôt ou tard des répercussions négatives au niveau des cantons et de la Confédération, prévient le chercheur.

Pour illustrer la baisse de la participation dans les communes, Daniel Kübler prend l'exemple du canton de Zurich. Dans les années 1970, la participation aux élections élections communales était d'environ 70%. Elle n'était plus que de 37% en 2014.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS