Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La majorité de la population nord-coréenne dépend de l'assistance humanitaire de son gouvernement (archives).

KEYSTONE/AP/David Guttenfelder

(sda-ats)

La Corée du Nord, très exposée pour sa menace nucléaire, a constitué en 2017 la crise humanitaire la plus passée sous silence par les médias. L'ONG Care International a appelé lundi à Genève à ne pas oublier cette situation et neuf autres avec elle.

Parmi ces dix pays, six se trouvent encore sur la liste de l'ONU des urgences les moins financées. Le haut-commissaire aux réfugiés Filippo Grandi a souligné le rôle des médias pour "attirer l'attention publique sur des crises oubliées et négligées".

Et d'ajouter que les prévisions sur le décalage entre besoins et financement pour 2018 sont "peu réjouissantes". M. Grandi cible un manque de volonté politique et appelle à davantage d'efforts.

Le rapport publié par Care International prend en compte des situations qui ont affecté au moins un million de personnes parmi plus de 1,2 million de diffusions par des médias en ligne. Près de 40 pays ont ensuite donné lieu à un indice des plus ou moins oubliés.

Près de cent pays

Parmi eux, Care dénonce l'"oppression" et le manque d'accès à la nourriture en Corée du Nord. Selon l'ONU, 18 millions de personnes, ou 70% de la population, dépendent d'une assistance alimentaire du gouvernement.

L'Erythrée, dont les habitants fuient "la sécheresse et la répression", arrive en deuxième position. Quelque 700'000 personnes sont affectées.

Suit le Burundi. Dans ce pays, 2,6 millions de personnes sont confrontées à des difficultés pour trouver de la nourriture. Et près de 500'000 se sont réfugiées dans d'autres Etats de la région après les violences liées au processus électoral en 2015.

Care mentionne ensuite le Soudan marqué par 13 ans de conflit, les tensions en République démocratique du Congo (RDC), la malnutrition au Mali, les conséquences du typhon au Vietnam, la situation dans la région du Lac Tchad, la Centrafrique et les pires inondations en 20 ans au Pérou. "Ces crises ne font peut-être par les titres des médias, mais cela ne signifie pas que nous pouvons les oublier", explique le secrétaire général intérimaire de l'ONG Laurie Lee.

L'ONU a demandé il y a un mois 22,5 milliards de dollars (21,6 milliards de francs) pour assister plus de 90 millions de personnes en 2018. Au total, Care International est active dans 93 pays, où elle aide 63 millions de personnes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS