Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Croatie a accepté vendredi de lâcher du lest concernant le blocage de sa frontière avec la Serbie. De son côté, la Hongrie reste déterminée à fermer bientôt sa porte aux migrants venant de Croatie.

Face à l'ampleur de la crise entre ces deux pays, la pire depuis le conflit des années 1990, Bruxelles a sommé vendredi Zagreb d'apporter "d'urgence des éclaircissements". Le Premier ministre croate Zoran Milanovic a dans la foulée annoncé prévoir une levée "aujourd'hui ou demain" du blocage de la frontière, soulignant toutefois qu'une telle mesure pourrait être rétablie "à tout moment".

A 17h00 (heure suisse), Zagreb a levé son blocage à la frontière avec la Serbie. "La frontière a été débloquée. Tous les véhicules, quelles que soient leurs plaques d'immatriculation, peuvent entrer en Croatie", a écrit le ministre croate de l'Intérieur, Ranko Ostojic, sur le compte twitter du gouvernement.

Devenue un pays de transit majeur dans les Balkans depuis la fermeture par Budapest de la frontière serbo-hongroise, la Croatie avait fermé cette semaine sa frontière aux camions serbes afin de protester contre le flux de migrants arrivant justement de Serbie.

Mogherini intervient

"Tout ce que nous demandons à Belgrade, c'est de faire cesser un flux aussi intense de migrants", avait déclaré plus tôt M. Milanovic. Signe d'une inquiétude tangible, la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a téléphoné vendredi aux Premiers ministres des deux pays pour tenter d'apaiser la situation.

Dans la journée, à Belgrade, le commissaire à l'Elargissement de l'Union européenne, Johannes Hahn a souligné que l'Europe avait besoin de "stabilité" dans les Balkans pour faire face à la crise migratoire. "La seule chose qui peut être faite, c'est de lever le blocage", a-t-il déclaré après un entretien avec le Premier ministre serbe Aleksandar Vucic.

Près de 60'000 réfugiés en dix jours

Deux jours après un sommet européen exceptionnel sur cette crise, le flux de réfugiés cherchant à gagner l'ouest de l'Europe via les Balkans reste important. Zagreb a indiqué vendredi avoir comptabilisé 8500 nouvelles arrivées de migrants jeudi, ce qui porte à 55'000 le nombre de personnes qui ont transité par la Croatie depuis la fermeture de la frontière serbo-hongroise le 15 septembre.

La quasi-totalité des migrants passent ensuite en Hongrie, avant de rejoindre la frontière autrichienne, et de là l'Allemagne.

Tenant d'une ligne dure, le Premier ministre hongrois Viktor Orban a d'ores et déjà fait installer des barbelés sur 41 km de sa frontière avec la Croatie. Alors que la Hongrie a mis en place un corridor de fait pour le transit des migrants entre les frontières croate et autrichienne, elle a annoncé vendredi vouloir fermer bientôt hermétiquement la frontière croate aux réfugiés.

"La mise en place d'une protection de la frontière avec la Serbie a rempli nos objectifs. Il est de notre devoir d'en faire autant à la frontière avec la Croatie", a déclaré M. Orban à Vienne, où il a rencontré le chancelier autrichien Werner Faymann. "Le flux de migrants ne va pas faiblir (...), nous voulons empêcher que les gens passent", a-t-il insisté.

ATS