Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La croissance du produit intérieur brut (PIB) réel de la Suisse a encore ralenti au 4e trimestre 2011, à 0,1% par rapport aux trois mois précédents. En moyenne annuelle, la progression pour 2011 s'inscrit à 1,9% selon une estimation encore provisoire du SECO, après 2,7% en 2010.

Au 3e trimestre, la progression s'affichait encore à 0,3% (révisé de 0,2%), et à 0,4% au 2e trimestre, selon les données publiées jeudi par le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). En rythme annuel, soit par rapport au dernier trimestre de 2010, la croissance du PIB s'inscrit à 1,3%.

Les économistes interrogés par l'agence d'informations financières AWP tablaient sur une variation trimestrielle comprise entre -0,3% et +0,2%, et une variation annuelle de +0,7% à +1,3%. Dans ses dernières prévisions émises à la mi-décembre, la Banque nationale suisse (BNS) voyait pour sa part une croissance comprise entre 1,5% et 2% en moyenne annuelle pour 2011.

Signes de stabilisation

Pour ce qui concerne l'évolution du PIB au cours du 1er trimestre 2012, aucune prévision chiffrée n'est disponible, compte tenu de plusieurs composantes volatiles et d'informations encore peu nombreuses sur les deux premiers mois de l'année, a dit à l'ats Bruno Parnisari, chef du secteur Conjoncture à la Direction de la politique économique du SECO.

Mais globalement, la situation paraît s'être stabilisée, même si à un bas niveau dans certains pays, et les observations faites jusqu'ici ne laissent pas entrevoir une aggravation supplémentaire, a-t-il relevé.

Les ménages tirent le PIB

Tant sur une base annuelle que trimestrielle, la croissance a continué à être tirée par la consommation des ménages, qui représente environ 60% du PIB. Elle a augmenté de 0,4% au 4e trimestre par rapport précédent, alors que la consommation publique a stagné.

Les investissements, notamment dans les biens d'équipement (+2,9% par rapport au 3e trimestre) et la construction (+1,9%) ont aussi donné des impulsions favorables. De même les exportations de marchandises (+2,8%), notamment les produits chimiques et l'horlogerie.

ATS