Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Bientôt un an après la suppression par la BNS du taux plancher, l'économie suisse n'a toujours pas digéré l'appréciation du franc par rapport à l'euro, selon economiesuisse. Pour l'an prochain, la fédération des entreprises suisses table sur une croissance de 1,2%.

Depuis le 15 janvier dernier, date à laquelle la Banque nationale suisse (BNS) a décidé d'abandonner le taux plancher liant le franc et l'euro, la vigueur de la devise helvétique a obligé les entreprises à comprimer leurs coûts et accroître leur productivité, observe vendredi economiesuisse. La réaction s'est révélée ferme et rapide.

Si produire en Suisse est devenu meilleur marché, cela n'a pas empêché les suppressions d'emplois. Rampant, ce processus se manifeste avec un temps de retard et se poursuivra encore quelque temps, anticipe l'organisation patronale. L'économie suisse devra encore s'adapter à la nouvelle donne monétaire l'an prochain.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS