Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Copiapo - Amantes en quête de nouvelles, proches indésirables attirés par les indemnisations promises: l'histoire des 33 mineurs bloqués au fond d'une mine du nord du Chili a généré des tensions inattendues en surface, qui sont en passe de disparaître, selon la Croix-Rouge.
Les femmes de plusieurs mineurs piégés à 700 m sous terre depuis l'accident du 5 août ont vu surgir des concurrentes, se présentant comme les amantes des maris et demandant de leurs nouvelles, a expliqué Marta Flores, membre de la Croix-Rouge chilienne.
Les amantes "sont déjà rentrées chez elles et se sont calmées. Elles espèrent qu'ils vont sortir et résoudront leurs problèmes de jupons", a-t-elle déclaré à l'AFP.
"Nous essayons de voir la réalité et de leur expliquer ceci: comme femme, si j'aime beaucoup un homme, je vais attendre qu'il résolve lui-même ses problèmes", a-t-elle ajouté.
Marta Flores a également dû faire face à l'arrivée de parents oubliés qui ont soudainement eu envie de renouer avec les mineurs en entendant parler des indemnisations qu'ils allaient recevoir à leur sortie.
"Nous leur avons dit la même chose: qu'ils rentrent chez eux, car les mineurs sauront ce qu'ils doivent faire quand ils sortiront", a-t-elle précisé.
Les 33 mineurs, pris au piège par un éboulement, ne devraient pas sortir de la mine avant fin novembre ou début décembre, selon les autorités.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS