Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Cully Jazz Festival débute vendredi avec plusieurs grands noms comme Ibrahim Maalouf, Dianne Reeves, Chucho Valdés, Ibeyi ou Wayne Shorter. Une programmation qui a su séduire le public: six soirées sous le Chapiteau affichent complet.

"On est plutôt content avec la billetterie", reconnaît mardi Jean-Yves Cavin, nouveau codirecteur de la manifestation, interrogé par l'ats. Mais à quelques jours de sa première édition à ce poste, l'homme ne cache pas son stress. "On a le trac. Il y a un engouement terrible autour de cette manifestation et nous avons envie que cela continue".

Sous le Chapiteau, là où se produisent les têtes d'affiche, la programmation a fait mouche. Les soirées avec le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf, la chanteuse américaine Dianne Reeves, le célèbre pianiste cubain Chucho Valdés et celle d'ouverture avec les soeurs cubaines Ibeyi sont par exemple "sold out".

Wayne Shorter

"D'autres devraient l'être prochainement comme celles du pianiste cubain Gonzalo Rubalcaba et de Wayne Shorter", poursuit Jean-Yves Cavin. Le saxophoniste américain de 82 ans, internationalement reconnu, fait partie des coups de coeur du codirecteur. "C'est un rêve. C'est hallucinant d'avoir un artiste de ce calibre, de cette qualité à Cully".

Contre toute attente, son concert n'affiche toutefois pas complet. "Les prix sont plus élevés, soit 79 francs alors qu'une soirée coûte 56 francs sous le Chapiteau", explique Jean-Yves Cavin. Autre coup de coeur mais qui n'a jusqu'ici pas attiré les foules: Terence Blanchard. "C'est un trompettiste très connu aux Etats-Unis mais peu ici. C'est une super découverte".

Relève européenne

Pour cette 34e édition qui se tient jusqu'au 16 avril, les organisateurs annoncent en outre une nouveauté: la scène du Club accueillera la relève du jazz suisse et européen.

"Nous n'avions pas besoin de mettre en avant le jazz suisse car il se porte très bien", détaille Jean-Yves Cavin. "Un quart des artistes qui se produisent dans le cadre des concerts payants sont suisses et 90% de la programmation off est helvétique". Mais il existe, selon lui, beaucoup d'artistes européens émergents qui ont de la peine à jouer dans un autre pays.

Carte off

Du côté du festival off, 80 concerts gratuits dans onze cafés et caveaux du bourg sont prévus, dont ceux du trio de Matthieu Llodra et de Christophe Calpini. L'an dernier, le Cully Jazz Festival avait attiré quelque 65'000 curieux sur les bords du Léman. Son budget pour cette édition est d'environ deux millions de francs.

www.cullyjazz.ch

ATS