Six femmes et six hommes: la députation romande dans le futur Conseil des Etats sera strictement paritaire. Chaque canton enverra un ticket mixte à la chambre des cantons. L'équilibre gauche-droite est lui aussi parfait.

Dimanche, la surprise est venue de Fribourg, où Johanna Gapany s'est emparée du siège du sortant Beat Vonlanthen au terme d'une journée à suspense, dont les résultats pourraient toutefois faire l'objet de recours. La candidate PLR a obtenu 31'122 voix, contre 30'964 pour le sénateur démocrate-chrétien. Le président du Parti socialiste suisse (PSS) Christian Levrat est arrivé premier avec 38'337 voix.

Dans le canton de Vaud, le PLR Olivier Français a réédité son exploit de 2015. Troisième au premier tour, il renverse la vapeur et se classe premier, avec 53,78% des voix, devant la Verte Adèle Thorens Goumaz (51,71%). Pour le Parti socialiste et sa candidate Ada Marra, c'est la désillusion. La conseillère nationale se place en dernière position avec 47,45% des bulletins.

Genève a choisi l'écologiste Lisa Mazzone au côté du socialiste Carlo Sommaruga, qui change de Chambre après seize ans passé au Conseil National.

Rééquilibrages à gauche et à droite

Les six nouveaux sénateurs rejoignent Céline Vara (Verts/NE), Philippe Bauer (PLR/NE), Elisabeth Baume-Schneider (PS/JU) et Charles Juillard (PDC/JU), déjà élus dès le 20 octobre, ainsi que Marianne Maret (PDC/VS) et Béat Rieder (PDC/VS), qui ont franchi le cap dimanche dernier. Dans le Conseil des Etats sortant, la députation romande ne comptait que trois femmes pour neuf Messieurs.

L'équilibre entre le camp rose-vert et le camp bourgeois se maintient à six sièges partout, même si les rapports de force se modifient des deux côtés de l'échiquier politique.

Dans la foulée de la vague verte du 20 octobre, les écologistes prennent deux sièges à leurs cousins socialistes dans le canton de Vaud et à Neuchâtel, passant d'un à trois. Le PDC perd quant à lui son fauteuil fribourgeois au profit des libéraux-radicaux. Au final, les quatre partis détiendront chacun trois sièges.

Un tiers de femmes au National

Les scrutins de dimanche n'auront pas d'impact sur la composition du Conseil national. A Genève, le premier des viennent-ensuite Verts Pierre Eckert s'est désisté et a laissé la place à sa colistière Isabelle Pasquier, qu'il avait devancée de 384 voix le 20 octobre.

Les fauteuils d'Olivier Français et d'Adèle Thorens seront quant à eux occupés respectivement par un homme et une femme: Laurent Wehrli et Valentine Python.

La députation romande à la chambre du peuple comptera donc un tiers de femmes (17 femmes pour 35 hommes). Mais trois des cantons romands (Valais, Jura et Neuchâtel) n'envoient aucune députée à Berne.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.