Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Tribunal des mesures de contrainte de Genève a rejeté la semaine dernière la demande de mise en liberté d'Erwin Sperisen et a prolongé sa détention de trois mois supplémentaires. Erwin Sperisen est soupçonné d'avoir participé à des assassinats au Guatemala alors qu'il dirigeait la police de ce pays.

La détention d'Erwin Sperisen a été prolongée jusqu'au 26 février, a dit lundi la porte-parole de la justice genevoise, Sophie Bernard, confirmant une information du quotidien zurichois "Neue Zürcher Zeitung". Le Ministère public considère comme élevés dans cette affaire les risques de fuite ainsi que les risques de collusion vis-à-vis des témoins.

Erwin Sperisen, qui possède la double nationalité suisse et guatémaltèque, a dirigé la police du Guatemala de 2004 à 2007. Il est soupçonné d'avoir été impliqué durant cette période dans diverses exécutions extrajudicaires au Guatemala. Ses agissements avaient été dénoncés à la justice genevoise par des associations.

Le prévenu est domicilé à Genève. Du fait de son passeport helvétique, il n'est pas extradable. Erwin Sperisen avait été arrêté fin août à Genève. Le Tribunal des mesures de contraite de Genève avait déjà prolongé début septembre sa détention de trois mois en se fondant sur les risques de fuite et de collusion.

Un tribunal guatémaltèque avait émis en août des mandats d'arrêt contre 19 ex-fonctionnaires, dont Erwin Sperisen et l'ancien ministre de l'Intérieur Carlos Vielman. Tous sont accusés d'avoir fait partie d'un groupe criminel autonome au sein du ministère de l'Intérieur et d'avoir pris part à des massacres de détenus.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS