Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Après Alep, Homs et la Ghouta, le régime de Bachar al-Assad poursuit sa reconquête du territoire face aux rebelles et djihadistes avec l'aide de la Russie, mais aussi de l'Iran et du Hezbollah libanais. Ici un soldat syrien arborant deux autocollants à l'effigie du président (image symbolique).

KEYSTONE/AP/HASSAN AMMAR

(sda-ats)

Vingt-six civils ont été tués vendredi dans des frappes aériennes sur des zones contrôlées par le groupe Etat islamique (EI) dans la province de Deraa, dans le sud de la Syrie. Le bilan pourrait s'alourdir: certains des "dizaines de blessés sont dans un état grave".

"Des avions russes et syriens ont pilonné toute la journée la dernière poche de l'EI dans le sud-ouest (bien sud-ouest) de la province de Deraa", a expliqué à l'AFP le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, Rami Abdel Rahmane. Des centaines de raids aériens et de barils explosifs ont visé plusieurs villes et villages contrôlés par la branche locale de l'EI.

Le régime du président Bachar al-Assad contrôle plus de 90% de la province de Deraa, après une offensive meurtrière et des accords négociés par son allié russe et en cours d'application, qui ont abouti à une capitulation des rebelles.

Après Alep, Homs et la Ghouta, Bachar al-Assad poursuit donc sa reconquête face aux rebelles et djihadistes avec l'aide de la Russie, mais aussi de l'Iran et du Hezbollah libanais.

Aide humanitaire vers la Ghouta

La France et la Russie devaient convoyer ensemble vendredi soir de l'aide humanitaire vers la Ghouta orientale, près de Damas, à destination d'une enclave rebelle reprise par le régime en avril. Cette coopération est une première dans le conflit qui ravage le pays depuis 2011.

Un gros porteur Antonov 124 de l'armée russe s'est posé peu avant 20h00 à Châteauroux (centre de la France) pour charger 50 tonnes de matériel médical et de produits de première nécessité, ont constaté des journalistes de l'AFP sur place. Il devait redécoller en fin de soirée vers la base russe de Hmeinim, dans l'ouest de la Syrie, a-t-on indiqué au ministère français des Affaires étrangères.

Le fret, évalué à 400'000 euros, contient équipements médicaux, tentes, kits de cuisine et couvertures. Le matériel médical (antiobiotiques, matériel de réanimation, perfusions, compresses..) est destiné à 500 blessés lourds et 15'000 blessés légers de la Ghouta orientale, cible d'un déluge de feu du régime en mars-avril avant de capituler au bout de cinq ans de siège.

La France a obtenu des "garanties" de la Russie que le régime ne ferait pas obstruction à l'acheminement, comme il le fait régulièrement avec les convois de l'ONU, et que toute "récupération politique" et tout "détournement" du matériel seraient évités, selon Paris.

"Pax russa"

Pour François Heisbourg, président de l'IISS (International Institute for Strategic Studies) de Londres, la France "prend acte avec cette opération du fait que Bachar et la Russie ont gagné militairement". "C'est quelque part la reconnaissance d'un état de fait", explique-t-il. "Les Russes voulaient valoriser politiquement leur victoire militaire. Encore faut-il que des interlocuteurs soient prêts à jouer le jeu", relève-t-il.

La France se défend de son côté de valider d'une quelconque manière une "pax russa" en Syrie. "Ce n'est pas un coup politique, c'est une opération humanitaire", insiste-t-on à Paris. "Nos exigences à l'égard de la Russie et notre vision de la solution politique ne changent pas", mais "si nous voulons une solution politique, il faut des mesures de confiance", ajoute-t-on.

Déclenché en 2011, le conflit en Syrie s'est complexifié au fil des ans avec l'implication de pays étrangers et de groupes djihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé. Il a fait plus de 350'000 morts et poussé à la fuite des millions de déplacés et réfugiés.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS