Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Alain Berset lors du Congrès des Suisses de l'étranger samedi à Bâle.

KEYSTONE/DOMINIK PLUESS

(sda-ats)

Les Suisses de l'étranger sont une richesse pour la Suisse et pour le monde, a souligné samedi à Bâle Alain Berset. Intervenant au Congrès des Suisses de l'étranger, il a insisté sur l'importance de développer le vote électronique pour les expatriés.

Près de 778'000 Suisses ont fait le choix de l'ailleurs. "La Suisse ne perd rien, bien au contraire. Elle y gagne", a souligné le chef du Département fédéral de l'intérieur. Il a salué l'engagement de l'Organisation des Suisses de l'étranger (OSE) qui soigne les relations avec cette communauté, les informe et les met en réseau depuis 100 ans.

La Berne fédérale est également soucieuse de leur faciliter la vie. Alain Berset a ainsi souligné que les expats de huit cantons bénéficieront du vote électronique lors des votations fédérales du 24 septembre, soit deux de plus que lors du dernier scrutin fédéral. Argovie et Saint-Gall rejoindront en effet Bâle-Ville, Berne, Fribourg, Genève, Lucerne et Neuchâtel dans le club des cantons offrant l'e-voting.

L'objectif est que deux tiers des cantons proposent cette solution d'ici à 2019, année des élections fédérales. Et qu'à terme, toute la Suisse en profite. Les nouvelles technologies permettent de rapprocher les Suisses de l'étranger de leur patrie. Une nécessité, sachant qu'ils sont toujours plus à envisager un séjour à l'étranger limité à quelques années, a rappelé le conseiller fédéral.

Lors d'une interview avec swissinfo.ch diffusée sur Facebook, Alain Berset a par ailleurs plaidé pour une solution "adéquate" pour les expats dans leurs relations avec les banques suisses, alors qu'ils rencontrent actuellement de grandes difficultés à maintenir des comptes dans ces établissements. Il a aussi défendu la réforme de la prévoyance vieillesse soumise au vote le 24 septembre, plébiscitée la veille par le Conseil des Suisses de l'étranger (le "Parlement" de la 5e Suisse).

Différences atténuées

La mobilité croissante des Suisses couplée à la globalisation tend à réduire le fossé qui sépare les expats des Suisses de l'intérieur. S'il existe deux mondes, celui des Suisses de l'intérieur et celui des Suisses de l'étranger, ils ne feront bientôt plus qu'un, ont relevé les directrices de l'OSE Ariane Rustichelli et Sarah Mastantuoni.

Reste que des nuances subsistent. Les Suisses de l'étranger sont notamment réputés plus ouverts. Une étude du Centre de recherche sotomo réalisée en 2016 avait mis en évidence certaines différences en matière politique: les Suisses de l'étranger apparaissaient moins préoccupés par la crise des réfugiés mais plus soucieux des relations de la Suisse avec l'Europe.

Six sur dix en Europe

Rien de plus normal puisque six expats sur dix vivent dans l'espace européen. Soit quelque 200'000 en France, 90'000 en Allemagne, 52'000 en Italie et 35'000 en Grande-Bretagne, pour ne citer que les plus grosses communautés helvètes résidant en Europe.

Mais pour Remo Gysin, président de l'OSE, où que l'on réside, que l'on soit porteur du passeport à croix suisse ou double national, le terme "patrie" est essentiel, car il renvoie à une diversité suisse bien réelle. "La Suisse ne se limite pas à la Suisse géographique", a souligné le président.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS