Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Suspendue depuis trois mois, la directrice d'une crèche privée subventionnée de Peseux (NE) ne pourra pas reprendre ses fonctions. Le service de protection de l'adulte et de la jeunesse (SPAJ) lui a notifié vendredi dernier le retrait de l'autorisation d'exercer dès le 31 juillet.

"Il s'agit d'une décision lourde. La directrice n'est pas licenciée dans la mesure où on ne peut pas licencier un patron, mais elle ne peut plus diriger cette institution qu'elle avait fondée", a expliqué lundi à l'ats le chef du SPAJ, Christian Fellrath, revenant sur une information de la RTS.

Le chef de service précise que cette décision ne correpond pas à une interdiction de s'occuper d'enfants. Théoriquement, elle pourrait éventuellement diriger une crèche dans un autre canton, encore faut-il que celui-ci lui accorde une autorisation d'exercer. Il n'y a pas de liste noire intercantonale.

Ce retrait d'exercer au 31 juillet revient à fermer la crèche à la même date. Le SPAJ s'engage à rechercher des solutions soit pour replacer les quelques 70 enfants accueillis par cette structure soit pour assurer la pérennité de celle-ci.

Pas d'avertissement

Le volet administratif de cette affaire n'est pas clos pour autant: l'avocat de la directrice est décidé à faire recours. Contacté par l'ats, Me Michel Bise est de l'avis que le principe de la proportionnalité est manifestement violé dans cette affaire. A son avis, cette dame a dirigé pendant 13 ans la crèche sans le moindre avertissement des autorités de surveillance. A sa connaissance, les parents sont plutôt derrière elle.

Pour mémoire, des employées de la crèche avaient dénoncé la directrice auprès du SPAJ pour des tirages d'oreilles, des "engueulades", des gestes brusques et des punitions humiliantes, administrés de manière réitérée. Les services de l'Etat avaient dénoncé cette femme fin mars auprès du Ministère public pour des actes présumés de maltraitance et l'avaient suspendue.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS