Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La prévoyance vieillesse doit être réformée plus rapidement que prévu par le Conseil fédéral. Les partis de droite lancent l'offensive. Ils veulent mettre l'accent sur la retraite pour les femmes à 65 ans et l'introduction d'un frein à l'endettement pour l'AVS.

PLR, PDC, UDC, PBD et PVL serrent les rangs afin de placer leurs accents dans la refonte annoncée de l'AVS et du 2e pilier. Les partis bourgeois froncent le nez devant le plan du conseiller fédéral Alain Berset - visant à consolider financièrement l'AVS et la LPP d'ici 2020 dans une approche globale.

Après les échecs subis par tous les projets de réforme de la prévoyance vieillesse, il est douteux de croire qu'un paquet global sera mieux accepté, a affirmé mardi le conseiller national Thomas Weibel (PVL/ZH). Par ailleurs, "nous déplorons le rythme de sénateur prévu par le calendrier", a renchéri Guy Parmelin (UDC/VD).

Economies en tête

La droite veut privilégier le relèvement de l'âge de la retraite pour les femmes de 64 ans à 65 ans, avec à la clé plus de 800 millions d'économie.

Second axe prioritaire: la mise en oeuvre d'une mécanisme de frein à l'endettement devant permettre d'éviter un trou dans les caisses de l'AVS. Il faut trouver un "dénominateur commun" pour accélérer, a justifié Ignazio Cassis (PLR/TI).

Si la situation du 2e pilier est jugée dramatique, l'alliance bourgeoise n'a pas de solution commune dans ce domaine. "C'est à l'exécutif de présenter un projet concret; nous lui demandons uniquement de ne pas attendre 2020", a affirmé M. Parmelin.

Ces partis vont déposer en janvier une initiative parlementaire en faveur de l'introduction du frein à l'endettement pour l'AVS. Le Conseil fédéral veut lui aussi créer un mécanisme d'intervention donnant lieu à des mesures d'économies si les liquidités du fonds AVS tombent en dessous d'un certain seuil des dépenses annuelles.

Critiques

Un texte demandant le relèvement de l'âge de la retraite pour les femmes à 65 ans est déjà en mains de la commission de la sécurité sociale du Conseil des Etats. Ayant reçu l'aval de son homologue du National, celle-ci doit préparer un projet concret.

Pour le PS, si les partis de droite "persistent à se comporter comme des francs-tireurs en alignant les mesures disparates, ils prennent le risque de tuer toute réforme dans l'oeuf", a réagi le parti dans un communiqué.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS