Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'année 2015 a marqué un tournant dans la démographie suisse: pour la première fois, on dénombrait plus de personnes atteignant l'âge de la retraite que de celles atteignant 20 ans (photo symbolique).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La dynamique du système de prévoyance suisse s'est nettement détériorée fin 2015, révèle le nouvel indice UBS de la prévoyance. Le vieillissement et la surcharge financière n'épargnent aucun canton.

L'indice UBS de la prévoyance est descendu entre -0,5 et -1 point au plus bas de 2015 pour remonter à près de -0,5 point au 1er trimestre 2016. La dynamique du système de prévoyance reste toutefois nettement négative, indique mardi UBS dans un communiqué.

"La mauvaise conjoncture économique ainsi que le tournant observé sur le plan démographique" expliquent le recul de l'an dernier. Ainsi, 2015 marque un tournant dans la démographie suisse, étant donné que pour la première fois, on dénombrait plus de personnes atteignant la retraite que de personnes atteignant 20 ans.

De plus, le sous-indice Evolution économique a apporté une évolution négative. Ce mouvement reflète le net effondrement conjoncturel depuis l'abandon du taux plancher de l'euro.

Fribourg: les perspectives les meilleures

A l'avenir, le recul de la population active et la hausse significative des dépenses de santé vont considérablement peser sur les finances des cantons et leurs communes. Alors qu'en Suisse romande, la jeunesse de la population réduit les charges supplémentaires, les cantons de Suisse centrale disposent d'une marge financière plus importante.

Fribourg fait partie des cantons où les perspectives sont les meilleures. La part de personnes très âgées y est la plus faible et la situation financière y est moins tendue que dans le reste de la Suisse romande.

Les cantons du Tessin et du Jura devront a priori faire face aux plus lourds défis liés à l'âge pour les 30 prochaines années. Les perspectives pour Zoug, Schwytz et Zurich sont nettement meilleures.

Toutefois, s'ils ne procèdent pas à des ajustements de la répartition des coûts, de nouvelles dettes substantielles pourraient les grever. En effet, Zoug par exemple verra doubler le nombre de ses habitants de plus de 80 ans d'ici à 2045.

ATS