Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un casque de pilote posé sur un cercueil: le gotha de la F1, dont Lewis Hamilton et Alain Prost, a dit adieu à Nice à Jules Bianchi. Le jeune Français s'est éteint vendredi.

Bianchi, grand espoir de la F1 issu d'une lignée de pilotes, aurait eu 26 ans le 3 août, et aurait pu rejoindre l'an prochain la prestigieuse écurie Ferrari. Mais ce destin doré a été brisé par l'accident de Suzuka en octobre, qui lui a coûté la vie après neuf mois de coma.

Ses obsèques ont eu lieu dans la matinée à Nice, sa ville natale, dans laquelle il est décédé. En présence de nombreux pilotes de tous âges, dont la quasi-totalité de ses collègues pendant ses deux saisons de F1 au sein de l'écurie Marussia. A la fin de la cérémonie, le cercueil est sorti de la cathédrale Sainte-Réparate. Image saisissante: il était porté par Sebastian Vettel (que Bianchi aurait pu rejoindre au sein de la Scuderia l'an prochain), ainsi que d'autres pilotes, Romain Grosjean ou Felipe Massa. Deux grands portraits du jeune Français en combinaison de course ornaient la façade de la cathédrale.

Tous les coureurs ont défilé devant le cercueil sur lequel était posé le casque du jeune homme. Parmi eux, de grands anciens, comme Alain Prost ou Olivier Panis, des champions confirmés, comme les stars de Mercedes, Lewis Hamilton et Nico Rosberg (venus en voisins de Monaco), et des jeunes qui rêvaient déjà de suivre les traces de Bianchi, pourtant à peine plus âgé qu'eux, comme Adrien Tambay et Norman Nato.

Une heure plus tôt, le cercueil était entré dans la cathédrale, là aussi porté par des jeunes pilotes, ses "frères de course", selon le père Sylvain Brison.

ATS