Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un bébé singe-écureuil, né au zoo de Bâle, s'agrippe à sa mère.

KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS

(sda-ats)

Cinq petits singes-écureuils sont nés entre mi-juin et mi-juillet au zoo de Bâle. Les singes-écureuils, ou saïmiris, sont des primates originaires des Amériques.

Les petits singes passent encore beaucoup de temps sur le dos de leurs mères. Leur sexe n'est pas encore connu, car il est difficile de le déterminer facilement chez cette espèce de singe, a indiqué devant la presse Adrian Baumeyer, curateur du zoo.

Les saïmiris demeurent six mois auprès de leurs mères, avant de devenir peu à peu indépendants. Ces singes sont d'excellents chasseurs et mangent des insectes, des araignées, des escargots à côté des fruits. Ils vivent à l'état naturel dans les forêts vierges d'Amérique centrale et du Sud.

Les singes-écureuils vivent en groupes composés uniquement de femelles, mères et filles. Les mâles vivent de leur côté, également en groupe. Ils sont soumis aux femelles. Lors de la saison des amours, les mâles prennent du poids, grossissant d'un tiers de leur poids, avant d'approcher les femelles.

Au zoo de Bâle, la population de singes-écureuils est constituée de deux groupes de femelles, comportant chacun 28 individus, et d'un mâle de 11 ans. Ce dernier, arrivé à Bâle en 2014, devra bientôt quitter l'institution, car ses filles vont bientôt être en âge de se reproduire. Le zoo de Bâle est en train de lui chercher une nouvelle maison.

ATS