Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des chercheurs de l'Université et de l'EPF Zurich ont découvert comment le cerveau réduit l'activité musculaire pendant un effort sportif de longue durée. La tête empêche ainsi le corps de dépasser ses limites.

Les sportifs savent par expérience que la tête joue un rôle important dans les sports qui exigent des efforts de longue durée. Mais on ne savait pas comment le cerveau et le corps s'organisent lorsque les muscles se fatiguent, a indiqué lundi l'Université de Zurich.

Une équipe de scientifiques, sous la direction de Kai Lutz (université) et Ernst Boutellier (EPF), a découvert dans le cerveau les processus qui sont responsables de la baisse des activités musculaires dans un corps qui fatigue.

Sous le contrôle du cortex

Pour leurs tests, les chercheurs ont demandé à des personnes de contracter les cuisses aussi longtemps qu'elles en ont la force. Les scientifiques ont alors découvert que le thalamus et le cortex insulaire s'activent avant l'interruption de l'effort musculaire.

Les scientifiques savent que ces deux zones du cerveau analysent des informations présentant un danger pour l'organisme, comme la douleur et la faim. Les expériences ont ensuite montré que c'est effectivement le cortex qui règle les activités motrices.

Ces résultats ouvrent de nouveaux domaines de recherche, estime le neuropsychologue Kai Lutz. C'est un pas vers la compréhension du rôle du cerveau dans la fatigue musculaire et vers le développement de nouvelles stratégies pour améliorer la performance des muscles.

ATS