Toute l'actu en bref

En 2016, la FINMA a clos 38 procédures "d'enforcement" (constatation de violation effective), contre 55 en 2015 (archives).

KEYSTONE/THOMAS HODEL

(sda-ats)

En 2016, l'Autorité de surveillance des marchés financiers (FINMA) a dû davantage lutter contre le blanchiment d'argent. Elle a surtout traité d'affaires de corruption d'ampleur internationale.

L'année passée, le gendarme financier a enquêté sur nettement plus de cas de violation des obligations de diligence en matière de lutte contre le blanchiment d'argent. Il a examiné 22 cas de non-respect de ces prescriptions contre 9 en 2015, a-t-il indiqué mardi dans un communiqué.

En 2016, la FINMA a mené 625 clarifications contre 794 en 2015. Elle a clos 38 procédures "d'enforcement" (constatation de violation effective), contre 55 en 2015.

Les coûts de l'autorité de surveillance ont, par ailleurs, continué de reculer l'année passée. Ils ont atteint 121 millions de francs, contre 124 millions en 2015.

ATS

 Toute l'actu en bref